En avril dernier, le virologue de Sciensano Steven Van Gucht confirmait le décès d'une femme enceinte des suites du coronavirus. "La grossesse est considérée comme un facteur de risque de complication. Par rapport à leurs consoeurs du même âge qui n'attendent pas d'enfants, les femmes enceintes encourent un risque plus élevé d'hospitalisation, d'admission aux soins intensifs, de mise sous assistance respiratoire, voire de décès", expliquait-il à nos confrères de la VRT.

Aujourd'hui, même s'il n'y a pas encore de chiffres précis, les hôpitaux belges constatent une hausse de femmes enceintes admises en soins intensifs. "Nous avons eu une patiente enceinte gravement malade du covid avec des complications très sévères. Elle a fait un séjour en soins intensifs. Elle n'était pas vaccinée, mais présentait aussi des comorbidités. Elle a dû être ventilée plusieurs semaines", témoigne ainsi Dr Frédéric Buxant, chef de service en gynécologie aux hôpitaux Iris Sud, sur le site d'informations Bx1.

Césarienne d'urgence

Le problème, c'est en effet que les femmes enceintes atteintes de covid ne peuvent être placées en position ventrale, ni intubées. Elles doivent être délivrées de leur bébé. "Il faut le faire par césarienne d'urgence. C'est très éprouvant pour la mère, désastreux pour son rétablissement, et en même temps vous avez un bébé prématuré, avec toutes les conséquences que cela implique. Nous essayons donc de repousser la césarienne le plus longtemps possible. Mais parfois, vous n'avez pas le choix pour sauver la vie de la mère", explique ainsi Tinne Mesens, gynécologue à Genk, au quotidien De Morgen.

"Nous constatons en particulier que les femmes au troisième trimestre de leur grossesse rencontrent des problèmes. Les femmes enceintes ont déjà un volume pulmonaire plus faible en raison de leur grossesse. Si une infection comme celle-ci vient s'y ajouter, cela peut entraîner de gros problèmes", confirme Isabelle Dehaene, gynécologue à l'UZ Gand au Morgen.

Vaccination essentielle

Au CHU Saint-Pierre à Bruxelles, les médecins voient également augmenter le nombre de patientes enceintes depuis l'émergence du variant delta. "Le variant delta attaque les personnes plus jeunes, ce qui est le cas des femmes enceintes. Celles-ci sont considérées comme population à risque, elles ont tendance à développer plus souvent des versions graves de la maladie", déclare ainsi Charlotte Martin, infectiologue au CHU Saint-Pierre, à Bx1. Aussi souligne-t-elle l'importance de la vaccination, essentielle pour les femmes enceintes.

Fin novembre, des chercheurs du centre hospitalier universitaire Érasme, basé à Rotterdam, annonçaient que même une légère infection au coronavirus chez les femmes enceintes peut représenter un risque pour la survie du bébé. Dans leur recherche, ils avaient ainsi établi que 13 femmes qui avaient perdu leur bébé durant la grossesse souffraient du covid-19. Ces dernières étaient originaires des régions de Rotterdam, Utrecht et Leyde, aux Pays-Bas.

Aux Etats-Unis, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ont également récemment publié des chiffres sur le risque de décès des bébés dans le ventre de leur mère en cas d'infection de celle-ci au covid. Le risque de perdre son enfant serait ainsi doublé, selon leurs données, passant de 0,64% à 1,26% en cas d'infection. Ce chiffre serait encore plus élevé dans le cas du variant delta, passant à 2,7%.

En Belgique, même si initialement, il ne disposait pas encore de suffisamment de données, le Conseil supérieur de la santé (CSS) recommande aux femmes enceintes de se faire vacciner contre le covid. Il estime même qu'elles devraient idéalement être vaccinées en priorité et "en raison du risque accru de covid sévère pour la mère et d'accouchement prématuré ".

En avril dernier, le virologue de Sciensano Steven Van Gucht confirmait le décès d'une femme enceinte des suites du coronavirus. "La grossesse est considérée comme un facteur de risque de complication. Par rapport à leurs consoeurs du même âge qui n'attendent pas d'enfants, les femmes enceintes encourent un risque plus élevé d'hospitalisation, d'admission aux soins intensifs, de mise sous assistance respiratoire, voire de décès", expliquait-il à nos confrères de la VRT.Aujourd'hui, même s'il n'y a pas encore de chiffres précis, les hôpitaux belges constatent une hausse de femmes enceintes admises en soins intensifs. "Nous avons eu une patiente enceinte gravement malade du covid avec des complications très sévères. Elle a fait un séjour en soins intensifs. Elle n'était pas vaccinée, mais présentait aussi des comorbidités. Elle a dû être ventilée plusieurs semaines", témoigne ainsi Dr Frédéric Buxant, chef de service en gynécologie aux hôpitaux Iris Sud, sur le site d'informations Bx1.Césarienne d'urgence Le problème, c'est en effet que les femmes enceintes atteintes de covid ne peuvent être placées en position ventrale, ni intubées. Elles doivent être délivrées de leur bébé. "Il faut le faire par césarienne d'urgence. C'est très éprouvant pour la mère, désastreux pour son rétablissement, et en même temps vous avez un bébé prématuré, avec toutes les conséquences que cela implique. Nous essayons donc de repousser la césarienne le plus longtemps possible. Mais parfois, vous n'avez pas le choix pour sauver la vie de la mère", explique ainsi Tinne Mesens, gynécologue à Genk, au quotidien De Morgen."Nous constatons en particulier que les femmes au troisième trimestre de leur grossesse rencontrent des problèmes. Les femmes enceintes ont déjà un volume pulmonaire plus faible en raison de leur grossesse. Si une infection comme celle-ci vient s'y ajouter, cela peut entraîner de gros problèmes", confirme Isabelle Dehaene, gynécologue à l'UZ Gand au Morgen.Vaccination essentielle Au CHU Saint-Pierre à Bruxelles, les médecins voient également augmenter le nombre de patientes enceintes depuis l'émergence du variant delta. "Le variant delta attaque les personnes plus jeunes, ce qui est le cas des femmes enceintes. Celles-ci sont considérées comme population à risque, elles ont tendance à développer plus souvent des versions graves de la maladie", déclare ainsi Charlotte Martin, infectiologue au CHU Saint-Pierre, à Bx1. Aussi souligne-t-elle l'importance de la vaccination, essentielle pour les femmes enceintes.Fin novembre, des chercheurs du centre hospitalier universitaire Érasme, basé à Rotterdam, annonçaient que même une légère infection au coronavirus chez les femmes enceintes peut représenter un risque pour la survie du bébé. Dans leur recherche, ils avaient ainsi établi que 13 femmes qui avaient perdu leur bébé durant la grossesse souffraient du covid-19. Ces dernières étaient originaires des régions de Rotterdam, Utrecht et Leyde, aux Pays-Bas.Aux Etats-Unis, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ont également récemment publié des chiffres sur le risque de décès des bébés dans le ventre de leur mère en cas d'infection de celle-ci au covid. Le risque de perdre son enfant serait ainsi doublé, selon leurs données, passant de 0,64% à 1,26% en cas d'infection. Ce chiffre serait encore plus élevé dans le cas du variant delta, passant à 2,7%.En Belgique, même si initialement, il ne disposait pas encore de suffisamment de données, le Conseil supérieur de la santé (CSS) recommande aux femmes enceintes de se faire vacciner contre le covid. Il estime même qu'elles devraient idéalement être vaccinées en priorité et "en raison du risque accru de covid sévère pour la mère et d'accouchement prématuré ".