La psychologue et sexologue Chloé De Bie en est persuadée: tous les couples qu'elle rencontre en consultation s'aiment encore. Ils veulent se battre pour leur relation et leur amour. Mais pour maintenir une relation, il faut plus que de l'amour. Chaque couple connait des hauts et des bas, chaque histoire d'amour fait face à des tempêtes. "Dans mes consultations en tant que thérapeute de couple, je constate que les mêmes thèmes reviennent souvent sur le tapis. De nombreux problèmes relationnels se résument à huit pièges très fréquents."
...

La psychologue et sexologue Chloé De Bie en est persuadée: tous les couples qu'elle rencontre en consultation s'aiment encore. Ils veulent se battre pour leur relation et leur amour. Mais pour maintenir une relation, il faut plus que de l'amour. Chaque couple connait des hauts et des bas, chaque histoire d'amour fait face à des tempêtes. "Dans mes consultations en tant que thérapeute de couple, je constate que les mêmes thèmes reviennent souvent sur le tapis. De nombreux problèmes relationnels se résument à huit pièges très fréquents." Quel est selon vous le piège le plus important? Chloé De Bie: "La communication, sans aucun doute. Quels que soient les problèmes que rencontre un couple, tout dépend de la manière dont ils communiquent. 'A quelle heure mangeons-nous? ', demande le mari à sa femme. Elle ressent sa question comme une critique et répond avec hargne qu'elle n'a que deux mains! Il la regarde étonné, car il voulait simplement savoir s'il avait encore le temps de passer un coup de fil avant le repas. Surtout chez les couples qui vivent ensemble depuis longtemps, on voit qu'ils partent trop souvent de suppositions: ils croient bien se connaître, au point de savoir intuitivement ce que l'autre veut dire, alors que ce n'est pas toujours le cas. Bien communiquer implique avant tout de bien écouter. C'est un élément que l'on travaille durant la thérapie: répéter avec ses mots ce que l'on a entendu, laisser son partenaire s'exprimer jusqu'au bout, écouter de tout son coeur, avec attention, ce qu'il ou elle veut vraiment dire." L'amour demande de l'attention. Comment faire en ces temps perturbés, où tout le monde vit une vie stressante? "Si nous ne prenons pas le temps, nous ne le trouverons jamais pour nous arrêter afin de nous occuper de notre relation, c'est aussi simple que cela. Et prendre le temps, c'est une question de priorités: à quoi attachez-vous de l'importance? C'est bizarre: nous trouvons normal de planifier des rencontres avec des collègues et d'organiser des doodles pour une soirée entre amis. Mais un rendez-vous avec notre partenaire, on attend que cela se fasse spontanément? Ce n'est pas comme ça que ça marche. Un chiffre doit nous faire réfléchir: des études montrent que les couples ne se parlent en face à face que 7 minutes par jour. Durant ce laps de temps, vous pouvez tout au plus décider qui fera les courses le lendemain ou qui ira chercher les enfants à l'école. Les couples devraient prendre l'habitude non seulement de prévoir du temps ensemble, mais aussi de l'utiliser de manière optimale, à de chouettes activités ensemble, par exemple. C'est un antidote aux frustrations et aux contrariétés. Si vous avez passé une agréable soirée ensemble, vous supporterez mieux de voir votre partenaire laisser les assiettes sales sur le plan de travail... plutôt que de les ranger dans le lave-vaisselle." Qu'en est-il de l'impact des smartphones et autres écrans sur notre vie relationnelle? "La technologie est effectivement un piège énorme dans les relations actuelles. Même sur le plan sexuel, l'impact serait non négligeable. Une étude américaine montre que la fréquence des rapports sexuels a baissé depuis 2000. Cela serait dû essentiellement à l'usage des écrans: souvent, l'épisode d'une série Netflix passionnante prend le pas sur une rencontre sexuelle. Et la situation n'est pas si différente chez nous: les couples sont assis ensemble dans le fauteuil, télévision allumée, mais l'un consulte ses messages sur Twitter tandis que l'autre pianote sur Instagram. Les médias sociaux peuvent en outre être source de jalousie et de conflits. On est sans cesse confronté à des images idylliques de couples qui semblent tellement plus heureux que nous. Bannir un ex-partenaire de sa vie est aussi beaucoup plus difficile quand on a la possibilité de le/la suivre continuellement sur Facebook. Et du flirt virtuel à l'infidélité, il n'y a qu'un pas, qui est parfois vite franchi. Comment éviter que ces technologies deviennent un piège? Veillez à les gérer de manière raisonnable: le temps que vous passez devant un écran, c'est du temps que vous ne passez pas avec votre partenaire. Les médias sociaux sont géniaux quand on les utilise pour ce qu'ils sont censés faire: créer un lien entre les gens. La crise du Covid-19 l'a bien montré." Estimez-vous que les couples d'aujourd'hui jettent trop vite l'éponge? "Je le crains. Nous vivons dans une société du tout jetable. Quand nous avons l'impression que l'autre ne correspond plus totalement à nos rêves et nos besoins, nous voulons tout arrêter. 'Il ou elle a tellement changé', me dit-on souvent. 'Heureusement', réponds-je. Chaque être humain évolue et change ; il s'agit pour un couple de rester branché l'un sur l'autre. C'est justement là que réside selon moi le secret d'une bonne relation: dans la flexibilité, autrement dit la capacité à pouvoir s'adapter à son évolution propre et à celle de son partenaire. "