Radiographies, examens gynécologiques, dépistages de cancer en passant par les prothèses de hanche et les opérations des sinus. Toute personne qui avait ce type de rendez-vous à l'hôpital entre la mi-mars et la fin avril a dû annuler son rendez-vous. C'est principalement dû au fait que le gouvernement a demandé aux hôpitaux de reporter les soins non urgents afin que toute l'attention puisse être portée sur la lutte contre la crise du coronavirus. En outre, beaucoup de personnes ont annulé elles-mêmes leur rendez-vous par crainte d'être infectées à l'hôpital. Même dans les services d'urgence, qui continuent néanmoins à fonctionner comme d'habitude, on constate une forte baisse de patients. En conséquence, presque tous les hôpitaux belges sont retombés sur une fraction de leur fonctionnement normal.
...

Radiographies, examens gynécologiques, dépistages de cancer en passant par les prothèses de hanche et les opérations des sinus. Toute personne qui avait ce type de rendez-vous à l'hôpital entre la mi-mars et la fin avril a dû annuler son rendez-vous. C'est principalement dû au fait que le gouvernement a demandé aux hôpitaux de reporter les soins non urgents afin que toute l'attention puisse être portée sur la lutte contre la crise du coronavirus. En outre, beaucoup de personnes ont annulé elles-mêmes leur rendez-vous par crainte d'être infectées à l'hôpital. Même dans les services d'urgence, qui continuent néanmoins à fonctionner comme d'habitude, on constate une forte baisse de patients. En conséquence, presque tous les hôpitaux belges sont retombés sur une fraction de leur fonctionnement normal.Aujourd'hui, à l'UZ Brussel, on n'effectue que 25 % des opérations prévues en temps normal. "Bien sûr, notre service d'urgence fonctionne toujours et nous offrons également d'autres soins nécessaires", déclare Marc Noppen, directeur général de l'UZ Brussel. Les personnes souffrant de problèmes rénaux chroniques qui ont besoin de dialyse ou les patients cancéreux en traitement peuvent continuer à venir. Même les interventions qui ne peuvent pas être reportées, comme l'appendicite urgente ou le pontage coronarien, ont simplement lieu. Mais des soins qui peuvent être reportés de douze semaines sans complications médicales, tels que les traitements dermatologiques ou les prothèses de hanches et de genoux, ne peuvent pas être fournis par nous ".Orthopédistes au chômageDans la plupart des hôpitaux, des services entiers sont donc pratiquement fermés. Dans les centres de fertilité, par exemple, on ne démarre plus de cycles de traitement pour l'instant. Notre centre de fertilité, qui emploie 250 personnes, est presque à l'arrêt", déclare Noppen. Les traitements en cours sont toujours achevés, mais les nouveaux patients doivent attendre. De nombreux membres du personnel, tels que le personnel administratif et les infirmiers, sont déployés ailleurs. Mais il est difficile de faire travailler les médecins spécialisés en fertilité dans le service des soins intensifs, car cela nécessite une formation spécifique. De ce fait, certains sont plus ou moins au chômage aujourd'hui, tandis que d'autres sont surmenés".Un autre service largement inactif dans de nombreux hôpitaux est l'orthopédie. "Près de 99 % de nos opérations sont programmées à l'avance et peuvent être reportées", explique Jan Van Cauwelaert, chef du service d'orthopédie de l'hôpital Groeninge de Courtrai. Après le semi-lockdown, nous avons annulé environ 350 opérations et nous avons également annulé des milliers de consultations". Depuis lors, seuls deux des douze orthopédistes de service sont présents chaque jour. L'un s'occupe des éventuelles urgences, telles que les fractures, et l'autre procède à des consultations par téléphone. "Les autres sont obligés de rester à la maison et sont majoritairement au chômage", explique Van Cauwelaert. C'est très frustrant, car nous ne réalisons que trop bien, bien sûr, quelle énorme montagne de travail nous attend."De nombreux médecins spécialistes ont également fermé leur cabinet privé. Par exemple, de nombreux gynécologues, dermatologues et ophtalmologues, qui avaient généralement de longues listes d'attente avant la crise, ont reporté la plupart de leurs rendez-vous. "Depuis trois semaines maintenant, nous ne suivons que les patientes enceintes. Nous avons annulé toutes les autres consultations", déclare un gynécologue de Flandre orientale, qui souhaite garder l'anonymat. "Début mars, les femmes devaient attendre six mois pour obtenir un rendez-vous pour une visite de contrôle. Il est probable que ce délai passera à environ dix mois après le redémarrage".Mouvement de rattrapage Dès que les hôpitaux rouvriront leurs portes, plusieurs milliers de patients sont susceptibles de se présenter pour une opération, un traitement ou un examen, reporté ou non. Marc Noppen de l'UZ Brussel s'attend déjà à ce que certains d'entre eux ne se fassent plus entendre parce qu'entre-temps ils vont mieux. Nous devons être honnêtes à ce sujet : jusqu'à récemment, il y avait aussi des interventions, des examens et des traitements qui n'étaient peut-être pas toujours médicalement justifiés ou nécessaires. Le système de financement actuel y est favorable. Mais je ne serais pas surpris si, dans l'ère post-Covid, nous assistions à une rechute de ces "soins non essentiels".Les hôpitaux et les spécialistes devront bientôt rattraper le temps perdu. Ce sera d'autant plus difficile qu'il y aura également de nombreux patients atteints de covid aux soins intensifs et dans d'autres services à ce moment-là. C'est pourquoi il semble que tous les départements ne seront pas ouverts en même temps. "Nous sommes en train de déterminer concrètement l'ampleur de l'afflux de patients pour les différentes pathologies", explique Marc Noppen. En outre, nous préparons la manière dont nous pourrons absorber au mieux ce revers à l'avenir. Bien entendu, cela variera d'une spécialité à l'autre. La plupart des prothèses reportées de la hanche, de l'épaule et du genou ne sont pas urgentes et peuvent donc être étalées dans le temps. Mais d'autres interventions devront être faites très rapidement. Nos chirurgiens vasculaires ont déjà été confrontés à des amputations urgentes au cours des derniers jours en raison de retards erronés dans les soins".Burn-outCe n'est pas parce que vous aviez une opération prévue à la mi-mars que ce sera votre tour immédiatement après le redémarrage. "En tant que médecins, nous devrons évaluer quelles interventions seront prioritaires", déclare Van Cauwelaert. "Nous préférerions aider tout le monde le plus rapidement possible en prolongeant les journées d'opération, mais j'ai peur qu'il n'y ait pas assez de salles d'opération et d'infirmiers au début". Un grand nombre de ces infirmiers, qui sont déployés dans les unités de soins moyens et intensifs ou dans le service Covid, travaillent déjà très dur. "Il n'est pas évident de leur demander de faire des efforts supplémentaires pour rattraper les retards plus tard", estime Margot Cloet, directrice générale de la coupole et néerlandophone des établissements de soins Icuro. "Beaucoup d'entre eux fonctionnent à l'adrénaline et accumulent les heures supplémentaires. À tel point que nous craignons qu'ils ne fassent un burn-out."En tout état de cause, des journées de travail plus longues ne suffiront pas à résorber les retards d'ici la fin de l'année. "Nous allons tirer les enseignements de la crise actuelle", pense Marc Noppen. Par exemple, le gouvernement a enfin permis aux médecins d'effectuer des consultations téléphoniques et d'être remboursés. Il n'y a aucune raison pour qu'après la crise, nous ne continuions pas à utiliser ce système pour suivre certains patients atteints de maladies chroniques pouvant être surveillées à distance, comme le diabète ou certaines maladies cardiovasculaires".En tout état de cause, il faudra beaucoup de temps avant que l'arriéré ne soit résorbé. Nous allons certainement en ressentir les effets pendant encore un an", pense Cloet. Non seulement dans les hôpitaux, mais dans l'ensemble du système de santé. Il faudra faire preuve de patience. Probablement de beaucoup de patience.