À l'heure où la France déplore 91 décès et 4.500 cas confirmés de coronavirus, le ministre de la Santé met en garde contre les anti-inflammatoires de type ibuprofen, nurofen, spidifen, etc. "La prise d'anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone, ...) pourrait être un facteur d'aggravation de l'infection. En cas de fièvre, prenez du paracétamol", écrit Véran sur son compte Twitter.

"Le traitement d'une fièvre mal tolérée ou de douleurs dans le cadre du COVID19 ou de toute autre virose respiratoire repose sur le paracétamol, sans dépasser la dose de 60 mg/kg/jour et de 3 g par jour", confirme également Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé en France.

Patients en état grave

Même si pour l'instant, l'information ne repose que des observations menées auprès de patients atteints d'une forme grave du virus, et qu'on ne connaît pas la dose prise par les patients plus légèrement touchés, on sait que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont plus efficaces, mais plus risqués que le paracétamol.

D'après le quotidien français Le Figaro, l'Agence française du médicament (ANSM) avait déjà alerté l'année dernière sur les risques anti-inflammatoires non stéroïdiens. Une enquête révèle en effet qu'en 18 ans, de 2000 à 2018, on a observé 337 cas de "complications infectieuses", dont 32 décès, pour l'ibuprofène (et 46 cas, dont dix décès avec le kétoprofène, qui est également un AINS).

Dosage maximal de paracétamol

En cas de fièvre ou de symptômes grippaux, mieux vaut donc se tourner vers le paracétamol tout en respectant le dosage de 3 grammes par jour maximum, en prise espacée de six heures.

Chef du pôle urgence et du Samu du CHU de Lille, Patrick Glodstein recommande toutefois aux patients atteints de pathologies chroniques de ne pas arrêter brutalement leur traitement à moins de fièvre ou d'infection des voies respiratoires.

À l'heure où la France déplore 91 décès et 4.500 cas confirmés de coronavirus, le ministre de la Santé met en garde contre les anti-inflammatoires de type ibuprofen, nurofen, spidifen, etc. "La prise d'anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone, ...) pourrait être un facteur d'aggravation de l'infection. En cas de fièvre, prenez du paracétamol", écrit Véran sur son compte Twitter. "Le traitement d'une fièvre mal tolérée ou de douleurs dans le cadre du COVID19 ou de toute autre virose respiratoire repose sur le paracétamol, sans dépasser la dose de 60 mg/kg/jour et de 3 g par jour", confirme également Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé en France.Patients en état grave Même si pour l'instant, l'information ne repose que des observations menées auprès de patients atteints d'une forme grave du virus, et qu'on ne connaît pas la dose prise par les patients plus légèrement touchés, on sait que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont plus efficaces, mais plus risqués que le paracétamol.D'après le quotidien français Le Figaro, l'Agence française du médicament (ANSM) avait déjà alerté l'année dernière sur les risques anti-inflammatoires non stéroïdiens. Une enquête révèle en effet qu'en 18 ans, de 2000 à 2018, on a observé 337 cas de "complications infectieuses", dont 32 décès, pour l'ibuprofène (et 46 cas, dont dix décès avec le kétoprofène, qui est également un AINS).Dosage maximal de paracétamolEn cas de fièvre ou de symptômes grippaux, mieux vaut donc se tourner vers le paracétamol tout en respectant le dosage de 3 grammes par jour maximum, en prise espacée de six heures.Chef du pôle urgence et du Samu du CHU de Lille, Patrick Glodstein recommande toutefois aux patients atteints de pathologies chroniques de ne pas arrêter brutalement leur traitement à moins de fièvre ou d'infection des voies respiratoires.