Les experts demandent un cadre et des outils motivants grâce auxquels la population pourrait mesurer les effets de son comportement. "Nous avions constaté au début de la crise que 81% des personnes interrogées soutenaient pleinement les mesures, ce n'est plus que 35% désormais", détaille le professeur Maarten Vansteenkiste du groupe d'experts Psychologie et Corona. L'obligation du port d'un masque buccal et la limitation des contacts sociaux sont les règles les moins suivies.

Le professeur plaide donc pour la mise en place de moyens qui augmentent la satisfaction et motivent la population afin qu'elle soutienne ces gestes barrières. Il évoque la possibilité d'instaurer notamment un système de code couleur indiquant la puissance de la pandémie et le but poursuivi par la société, ce qui permettrait à la population d'éviter de franchir une limite grâce à son comportement.

"Pouvoir planifier, au moins à court terme, est un besoin fondamental pour les gens."

Un "outil d'auto-évaluation" peut avoir des effets positifs, souligne Maarten Vansteenkiste. Il peut aider la population à déterminer son "empreinte corona", qui permet de visualiser les conséquences d'un comportement à risque ou du respect des mesures.

"Les événements vécus comme imprévisibles et incontrôlables sont extrêmement aversifs et stressants", ajoute le professeur. "Cela sape la résilience mentale, la motivation et l'engagement à adhérer aux règles de conduite. Pouvoir planifier, au moins à court terme, est un besoin fondamental pour les gens." Mettre en place des outils et fournir des informations claires sur les résultats de ses efforts peut alors renforcer le sentiment d'autonomie et la motivation à respecter les règles.

Pour ce dernier baromètre de l'université de Gand, 5.192 personnes ont été interrogées depuis le renforcement des mesures à la fin du mois de juillet.

Les experts demandent un cadre et des outils motivants grâce auxquels la population pourrait mesurer les effets de son comportement. "Nous avions constaté au début de la crise que 81% des personnes interrogées soutenaient pleinement les mesures, ce n'est plus que 35% désormais", détaille le professeur Maarten Vansteenkiste du groupe d'experts Psychologie et Corona. L'obligation du port d'un masque buccal et la limitation des contacts sociaux sont les règles les moins suivies. Le professeur plaide donc pour la mise en place de moyens qui augmentent la satisfaction et motivent la population afin qu'elle soutienne ces gestes barrières. Il évoque la possibilité d'instaurer notamment un système de code couleur indiquant la puissance de la pandémie et le but poursuivi par la société, ce qui permettrait à la population d'éviter de franchir une limite grâce à son comportement. Un "outil d'auto-évaluation" peut avoir des effets positifs, souligne Maarten Vansteenkiste. Il peut aider la population à déterminer son "empreinte corona", qui permet de visualiser les conséquences d'un comportement à risque ou du respect des mesures. "Les événements vécus comme imprévisibles et incontrôlables sont extrêmement aversifs et stressants", ajoute le professeur. "Cela sape la résilience mentale, la motivation et l'engagement à adhérer aux règles de conduite. Pouvoir planifier, au moins à court terme, est un besoin fondamental pour les gens." Mettre en place des outils et fournir des informations claires sur les résultats de ses efforts peut alors renforcer le sentiment d'autonomie et la motivation à respecter les règles. Pour ce dernier baromètre de l'université de Gand, 5.192 personnes ont été interrogées depuis le renforcement des mesures à la fin du mois de juillet.