On connait encore très mal le coronavirus, ce qu'il fait à notre corps. Si tous les scientifiques et médecins s'accordent sur certains symptômes (fièvre, toux sèche, difficultés respiratoires...), d'autres font petit à petit leur apparition. C'est le cas récemment de la perte d'odorat, mais aussi de goût. Et si le Covid-19 se manifestait également sur notre peau ? C'est ce que pensent des dermatologues français.

Ces derniers ont alerté la population et le corps médical sur ce qu'ils considèrent comme étant des manifestations cutanées de la maladie. Ils citent notamment des pseudo-engelures ou des rougeurs persistantes. Le Syndicat national français des dermatologues-vénéréologues (SNDV) explique avoir organisé un groupe WhatsApp avec plus de 400 dermatologues. Leurs échanges ont "mis en évidence des lésions cutanées, associées ou non à des signes de Covid".

Quelles manifestations cutanées ?

"Il s'agit d'acrosyndromes (aspect de pseudo-engelures des extrémités), apparition subite de rougeurs persistantes parfois douloureuses, et des lésions d'urticaire passagère ", détaille le SNDV. Les spécialistes insistent : il est important pour les patients qui ont des problèmes cutanés de ce type de consulter un dermatologue, à distance ou non.

"L'analyse des nombreux cas remontés au SNDV montre que ces manifestations peuvent être associées" au coronavirus, affirment les dermatologues. Nous savons effectivement que le coronavirus ne se manifeste pas chez tous les patients de la même manière. Si certains ont quelques, voire tous les symptômes "types", d'autre n'ont qu'une perte d'odorat, ou encore sont totalement asymptomatiques. "Nous alertons la population et le corps médical afin de dépister le plus vite possible ces patients potentiellement contagieux (sans forcément de signes respiratoires)", concluent-ils.

Prudence et vigilance de mise

La Société Française de Dermatologie (SFD) a pour sa part appelé "à la vigilance mais également à la prudence", au recensement et à la documentation précise des cas observés en France avant de conclure à une possible association et d'indiquer une conduite à tenir.

L'association a lancé fin mars un "appel à cas" après quelques cas de taches rouges (érythème) sur le visage de patients infectés par le Covid-19. "Alors que les érythèmes du visage semblent très rares, nous ont été rapportées assez rapidement, des lésions ressemblant à des engelures, surtout sur les orteils", poursuit la SFD. "Le nombre de cas paraît important et la survenue inhabituelle en cette saison, mais il faut souligner que très peu de ces observations ont été bien documentées avec un test Covid, et la plupart surviennent chez des patients sans signes associés."

Parmi les rares cas documentés, il semblerait qu'ils surviennent plutôt tard dans l'infection, note encore la SFD. "À ce jour, nous n'avons pas encore de preuve pour affirmer qu'il s'agit d'un signe précoce du Covid-19 devant conduire à suspecter fortement le diagnostic et conduire à l'isolement du patient ". L'association invite à être attentif à ces signes cutanés et rechercher dans le contexte d'autres signes cliniques, mais aussi à rester prudent, car toute engelure n'est pas obligatoirement un signe de Covid-19.

Qu'en pensent les autorités belges ?

Les autorités belges ont été informées de cette éventualité, a indiqué jeudi le porte-parole interfédéral Emmanuel André lors du point presse quotidien. "C'est quelque chose qui doit encore être confirmé. On sait que de nombreuses infections virales peuvent provoquer des éruptions cutanées donc ce ne serait pas étonnant que ce soit également le cas pour le coronavirus", confirmet-t-il. "Dans le contexte épidémique actuel, où on sait que le virus est fort présent, cela pourrait être un marqueur éventuel, mais il ne faut en aucun cas considérer aujourd'hui ce type de manifestation cutanée comme une attestation d'infection. Il faut continuer à respecter les règles de diagnostic que nous proposons." Ce signe peut en effet aussi apparaître dans de nombreuses autres situations médicales.(avec AFP)

On connait encore très mal le coronavirus, ce qu'il fait à notre corps. Si tous les scientifiques et médecins s'accordent sur certains symptômes (fièvre, toux sèche, difficultés respiratoires...), d'autres font petit à petit leur apparition. C'est le cas récemment de la perte d'odorat, mais aussi de goût. Et si le Covid-19 se manifestait également sur notre peau ? C'est ce que pensent des dermatologues français. Ces derniers ont alerté la population et le corps médical sur ce qu'ils considèrent comme étant des manifestations cutanées de la maladie. Ils citent notamment des pseudo-engelures ou des rougeurs persistantes. Le Syndicat national français des dermatologues-vénéréologues (SNDV) explique avoir organisé un groupe WhatsApp avec plus de 400 dermatologues. Leurs échanges ont "mis en évidence des lésions cutanées, associées ou non à des signes de Covid"."Il s'agit d'acrosyndromes (aspect de pseudo-engelures des extrémités), apparition subite de rougeurs persistantes parfois douloureuses, et des lésions d'urticaire passagère ", détaille le SNDV. Les spécialistes insistent : il est important pour les patients qui ont des problèmes cutanés de ce type de consulter un dermatologue, à distance ou non."L'analyse des nombreux cas remontés au SNDV montre que ces manifestations peuvent être associées" au coronavirus, affirment les dermatologues. Nous savons effectivement que le coronavirus ne se manifeste pas chez tous les patients de la même manière. Si certains ont quelques, voire tous les symptômes "types", d'autre n'ont qu'une perte d'odorat, ou encore sont totalement asymptomatiques. "Nous alertons la population et le corps médical afin de dépister le plus vite possible ces patients potentiellement contagieux (sans forcément de signes respiratoires)", concluent-ils.La Société Française de Dermatologie (SFD) a pour sa part appelé "à la vigilance mais également à la prudence", au recensement et à la documentation précise des cas observés en France avant de conclure à une possible association et d'indiquer une conduite à tenir. L'association a lancé fin mars un "appel à cas" après quelques cas de taches rouges (érythème) sur le visage de patients infectés par le Covid-19. "Alors que les érythèmes du visage semblent très rares, nous ont été rapportées assez rapidement, des lésions ressemblant à des engelures, surtout sur les orteils", poursuit la SFD. "Le nombre de cas paraît important et la survenue inhabituelle en cette saison, mais il faut souligner que très peu de ces observations ont été bien documentées avec un test Covid, et la plupart surviennent chez des patients sans signes associés."Parmi les rares cas documentés, il semblerait qu'ils surviennent plutôt tard dans l'infection, note encore la SFD. "À ce jour, nous n'avons pas encore de preuve pour affirmer qu'il s'agit d'un signe précoce du Covid-19 devant conduire à suspecter fortement le diagnostic et conduire à l'isolement du patient ". L'association invite à être attentif à ces signes cutanés et rechercher dans le contexte d'autres signes cliniques, mais aussi à rester prudent, car toute engelure n'est pas obligatoirement un signe de Covid-19.Les autorités belges ont été informées de cette éventualité, a indiqué jeudi le porte-parole interfédéral Emmanuel André lors du point presse quotidien. "C'est quelque chose qui doit encore être confirmé. On sait que de nombreuses infections virales peuvent provoquer des éruptions cutanées donc ce ne serait pas étonnant que ce soit également le cas pour le coronavirus", confirmet-t-il. "Dans le contexte épidémique actuel, où on sait que le virus est fort présent, cela pourrait être un marqueur éventuel, mais il ne faut en aucun cas considérer aujourd'hui ce type de manifestation cutanée comme une attestation d'infection. Il faut continuer à respecter les règles de diagnostic que nous proposons." Ce signe peut en effet aussi apparaître dans de nombreuses autres situations médicales.(avec AFP)