Les symptômes de la Covid-19 semblent appartenir à six groupes différents, ont révélé des chercheurs, dans des travaux qui, selon eux, pourraient aider à prédire si un patient finira par avoir besoin d'une aide respiratoire ou d'autres soins hospitaliers. De quoi accélérer la prise en charge du patient, et ainsi améliorer son traitement.

"Tout ce que vous pouvez faire plus tôt pour empêcher les gens d'arriver à moitié morts à l'hôpital augmentera non seulement leurs chances de survie, mais évitera également de surcharger inutilement les lits d'hôpitaux", a déclaré le professeur Tim Spector du King's College de Londres, co-auteur de l'étude.

6 catégories de symptômes

L'étude, qui est publiée sur medRxiv et n'a pas encore été évaluée par des pairs, est basée sur les données de l'application de l'équipe, qui compte plus de 4 millions d'utilisateurs.

Les chercheurs ont utilisé des algorithmes d'apprentissage automatique - un type d'intelligence artificielle - pour vérifier si certains symptômes, parmi les 14 surveillés, se regroupaient. Leurs résultats suggèrent six groupements différents établis en fonction du type de symptômes, de leur récurrence et de leur durée au cours des 14 premiers jours de maladie des participants.

Des regroupements similaires ont été trouvés lorsque les chercheurs ont répété le même travail d'analyse avec les données de 1047 utilisateurs d'applications différents. L'équipe a simplement ajouté des maux de tête et une perte d'odeur et de goût - des symptômes qui se produisaient dans tous les groupes.

Un bon début

Si l'approche ne donne pas une prédiction précise du risque de maladie grave et ne peut pas réellement s'appliquer à l'ensemble de la population, elle a cependant du mérite, estime le professeur Alastair Denniston de l'Université de Birmingham, et un expert dans l'utilisation de l'intelligence artificielle dans les soins de santé.

"Cette nouvelle utilisation des données sur les symptômes est un outil supplémentaire important pour nous aider à estimer le risque chez les patients. Il serait intéressant de vérifier comment l'utiliser au mieux afin de garantir une surveillance supplémentaire des personnes les plus exposées, mais aussi de s'assurer qu'elles bénéficient de l'intervention médicale précoce dont elles ont besoin", a-t-il ainsi déclaré au Guardian.

Les symptômes de la Covid-19 semblent appartenir à six groupes différents, ont révélé des chercheurs, dans des travaux qui, selon eux, pourraient aider à prédire si un patient finira par avoir besoin d'une aide respiratoire ou d'autres soins hospitaliers. De quoi accélérer la prise en charge du patient, et ainsi améliorer son traitement."Tout ce que vous pouvez faire plus tôt pour empêcher les gens d'arriver à moitié morts à l'hôpital augmentera non seulement leurs chances de survie, mais évitera également de surcharger inutilement les lits d'hôpitaux", a déclaré le professeur Tim Spector du King's College de Londres, co-auteur de l'étude.L'étude, qui est publiée sur medRxiv et n'a pas encore été évaluée par des pairs, est basée sur les données de l'application de l'équipe, qui compte plus de 4 millions d'utilisateurs.Les chercheurs ont utilisé des algorithmes d'apprentissage automatique - un type d'intelligence artificielle - pour vérifier si certains symptômes, parmi les 14 surveillés, se regroupaient. Leurs résultats suggèrent six groupements différents établis en fonction du type de symptômes, de leur récurrence et de leur durée au cours des 14 premiers jours de maladie des participants.Des regroupements similaires ont été trouvés lorsque les chercheurs ont répété le même travail d'analyse avec les données de 1047 utilisateurs d'applications différents. L'équipe a simplement ajouté des maux de tête et une perte d'odeur et de goût - des symptômes qui se produisaient dans tous les groupes.Si l'approche ne donne pas une prédiction précise du risque de maladie grave et ne peut pas réellement s'appliquer à l'ensemble de la population, elle a cependant du mérite, estime le professeur Alastair Denniston de l'Université de Birmingham, et un expert dans l'utilisation de l'intelligence artificielle dans les soins de santé."Cette nouvelle utilisation des données sur les symptômes est un outil supplémentaire important pour nous aider à estimer le risque chez les patients. Il serait intéressant de vérifier comment l'utiliser au mieux afin de garantir une surveillance supplémentaire des personnes les plus exposées, mais aussi de s'assurer qu'elles bénéficient de l'intervention médicale précoce dont elles ont besoin", a-t-il ainsi déclaré au Guardian.