Le jdM/Ak a réalisé une enquête en ligne auprès de ses lecteurs pour savoir si certains d'entre eux ont été infectés par le SARS-CoV-2 et comment ils vivent cette situation. 230 médecins (47% de généralistes, 48% de spécialises et 5% de médecins en formation) ont déclaré avoir été infectés par le virus.
...

Le jdM/Ak a réalisé une enquête en ligne auprès de ses lecteurs pour savoir si certains d'entre eux ont été infectés par le SARS-CoV-2 et comment ils vivent cette situation. 230 médecins (47% de généralistes, 48% de spécialises et 5% de médecins en formation) ont déclaré avoir été infectés par le virus.Seulement 54% de ces répondants ont eu l'occasion de faire un test pour confirmer que les symptômes qu'ils ont développés correspondaient bien au Covid-19.Se sont-ils pour autant arrêter de travailler ? Non, la plupart (58%) ont continué d'exercer et 42% étaient au moment du sondage (1) en convalescence.54% des médecins qui déclarent avoir été infectés ont entre 40 et 59 ans. Ils sont moins nombreux dans les autres classes d'âge : <30 ans (6,96%), 30-39 ans (14,35%), 60-69 ans (20,87%) et > 70 ans (4,35%). 53% des médecins infectés sont des hommes et 47% des femmes.Comment ces médecins infectés se sentent-ils physiquement et mentalement ? 68% des répondants se déclarent satisfaits de leur état de santé physique et 22% insatisfaits (voir graphique). Quid de leur santé mentale ? Sept médecins sur dix se sentent satisfaits (dont 39% très satisfaits) de leur état de santé psychologique. Ces derniers résultats peuvent surprendre. Nous livrons une explication ci-dessous.Analyse"Le diagnostic d'infection à Covid repose sur un nombre très limité de critères : symptômes respiratoires aigus supérieurs ou inférieurs ou aggravation de problèmes respiratoires chroniques. Donc à priori, toutes les rhinites allergiques sont des infections Covid et toutes les autres infections respiratoires virales ou bactériennes le sont aussi. Il y a donc un biais manifeste", commente le Dr David Simon, médecin de famille à Colfontaine et représentant Absym. "Le fait que le médecin travaille en étant malade, parfois au-delà de ses forces est très répandu. La négation de sa souffrance est la norme. Très souvent le médecin renonce à se soigner. Il n'est pas acceptable pour un médecin d'être malade car à ses yeux les malades se sont les autres. Le fait que le médecin symptomatique ne se fasse pas dépister est lié soit à cette négligence habituelle à l'égard de sa santé soit peut-être aussi à la crainte de se voir contraint de cesser ses activités pour raison de santé, ce qu'un médecin peut difficilement accepter. Ceci donne au médecin le sentiment d'être en bonne santé ou lui inspire de le faire croire à son entourage, ses patients et tous ceux qui l'interrogent à ce sujet, y compris le Journal du Médecin."Ce sondage en ligne est une première photo instantanée de la situation que vivent actuellement les médecins. Il pourra être complété par les études réalisées sur le sujet par les universités et les autorités.(1)Sondage en ligne réalisé entre le 30 mars et le 28 avril. La demande de participation à cette enquête a été relayée par plusieurs associations professionnelles dont, du côté francophone, l'Absym et la SSMG