Des nombreuses études pointent du doigt les conséquences négatives de la sédentarité pour notre santé. Pour l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), c'est d'ailleurs un "problème de santé publique mondial", lié à une augmentation du risque d'obésité, de maladies cardiovasculaires, de diabète, de dépression, d'anxiété ou encore de cancers. Cela concerne donc aussi le fait de rester assis, position peu recommandée pour la santé, le coeur et la longévité.
...

Des nombreuses études pointent du doigt les conséquences négatives de la sédentarité pour notre santé. Pour l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), c'est d'ailleurs un "problème de santé publique mondial", lié à une augmentation du risque d'obésité, de maladies cardiovasculaires, de diabète, de dépression, d'anxiété ou encore de cancers. Cela concerne donc aussi le fait de rester assis, position peu recommandée pour la santé, le coeur et la longévité. Mais une nouvelle étude, publiée dans la revue Journal of the American Heart Association, apporte quelques nuances. Selon les chercheurs, être assis au travail n'est pas aussi mauvais que de rester dans son canapé à regarder la télévision pendant son temps libre. "Toutes les positions assises se valent-elles ? Les résultats de notre étude suggèrent que non", confirme Jeanette Garcia (University of Central Florida), auteure principale de l'étude, révélée par le Time.Dans le cadre de l'étude, près de 3.600 adultes ont indiqué le temps qu'ils avaient passé assis au travail, devant la télévision et à faire de l'exercice au cours de l'année précédente. Tous étaient Afro-Américains, une population qui a davantage de risques de souffrir de maladies cardiaques, explique l'étude. Les chercheurs assurent cependant que les résultats peuvent s'appliquer à n'importe quelle personne considérée comme "sédentaire".Après ajustement des différents facteurs, l'étude a constaté que le fait de rester "souvent" ou "toujours" assis au travail n'était pas spécifiquement associé à un risque accru de décès et de maladie cardiaque. En revanche, ceux qui regardaient la télévision quatre heures ou plus par jour présentent un risque 50 % plus élevé, comparé à ceux qui se posent moins de deux heures de la TV.Le fait de "végéter" devant la TV est par ailleurs souvent associé d'autres habitudes malsaines. "Le fait de s'asseoir et de regarder la télévision pendant son temps de loisir est généralement lié à d'autres comportements, comme le grignotage ou la consommation d'alcool. Regarder la télévision tard le soir peut perturber le sommeil, ce qui est aussi lié aux maladies cardiovasculaires", explique Garcia.De plus, la façon dont les gens s'assoient devant la télévision est souvent différente de la façon dont ils s'assoient à leur bureau. "Si vous regardez une émission ou un film, vous ne vous levez pas. Au bureau, il faut généralement se lever et parler à quelqu'un, ou aller boire un verre d'eau." C'est surtout l'interruption du temps de sédentarité qui est associée à une diminution du risque de maladies cardiovasculaires.L'étude insiste : il est toujours préférable de bouger que de s'asseoir durant de longues périodes, même au bureau. Il suffit, par exemple, de prendre des pauses, faire quelques pas et faire suffisamment d'activité physique en dehors de votre temps de travail.