En Belgique, 33% des patients hospitalisés, 16% des résidents de maisons de repos et près de 13% des personnes âgées vivant à domicile souffrent de dénutrition, rappelle le KCE.

Les traitements - administration d'aliments adaptés ou enrichis, via une sonde ou directement dans la circulation sanguine - sont soumis à des règles de remboursement à l'origine d'inégalités, déplore le centre fédéral.

L'alimentation par sonde est ainsi incluse dans le prix de la journée à l'hôpital - où elle est en baisse depuis plusieurs années - tandis qu'elle coûte entre 11 et 28 euros par jour à domicile, où elle est en forte progression. À l'inverse, l'alimentation par baxter coûte environ 11 euros par jour à l'hôpital alors qu'elle est quasiment gratuite à domicile (0,62 euro par jour).

Selon le KCE, le remboursement intégral représenterait, pour l'assurance maladie, une augmentation du budget de près de 14 millions d'euros pour l'alimentation par sonde à domicile et de plus de 2 millions d'euros pour l'alimentation parentérale à l'hôpital.

Pour éviter une augmentation du prix des produits d'alimentation artificielle en conséquence, les maisons de repos, organisations de soins à domicile, mutualités ou associations de patients pourraient procéder à des achats groupés et passer par des marchés publics, recommande le centre fédéral.