Beaucoup de choses ont déjà été dites et écrites sur les bienfaits de la vitamine D, que notre corps fabrique grâce au soleil. Elle est essentielle pour la santé, car elle renforce les muscles et les os. Dans nos contrées pratiquement tout le monde est en carence de vitamine D, en particulier pendant l'hiver. Faut-il, pour autant, utiliser des compléments vitaminés en hiver? La science n'a pas encore décidé unanimement.
...

Beaucoup de choses ont déjà été dites et écrites sur les bienfaits de la vitamine D, que notre corps fabrique grâce au soleil. Elle est essentielle pour la santé, car elle renforce les muscles et les os. Dans nos contrées pratiquement tout le monde est en carence de vitamine D, en particulier pendant l'hiver. Faut-il, pour autant, utiliser des compléments vitaminés en hiver? La science n'a pas encore décidé unanimement. Mais la vitamine du soleil ne contribue pas seulement à la santé des os, elle protège également contre le rhume et la grippe, selon une analyse publiée dans le Britsh Medical Journal. Le système immunitaire utilise notamment la vitamine D pour fabriquer des armes antimicrobiennes qui percent des trous dans les bactéries et les virus. Mais c'est justement en hiver, lorsque ce type d'infections se manifeste le plus, que notre taux de vitamine D est le plus faible. Des chercheurs de l'université Queen Mary (Londres) ont analysé 25 études différentes, provenant de 14 pays, sur les effets des compléments alimentaires sur diverses infections respiratoires aiguës et il en ressort que les suppléments de vitamine D seraient plus efficaces que le vaccin contre la grippe. Des experts en santé avaient déjà, par le passé, conseillé aux Britanniques de prendre une dose quotidienne de vitamine D en automne et en hiver pour atteindre la quantité recommandée de vitamine D, fixée à 10 microgrammes par jour. Pour les personnes à risque, comme les personnes qui ne peuvent pas aller à l'extérieur ou celles qui se couvrent pour des raisons religieuses ou culturelles, il est même conseillé d'en prendre en complément alimentaire tout au long de l'année.Pour cela, les chercheurs plaident à présent pour l'enrichissement des aliments, comme le pain et le lait, avec des vitamines pour faire face à l'ampleur de la carence au Royaume-Uni. Dans les pays où c'est déjà le cas, comme le Canada, la Suède et la Finlande, cela a eu un impact positif. En Belgique, la règle est d'uniquement prendre la vitamine D quand c'est nécessaire. Par conséquent, il est utile de déterminer la concentration en vitamine D dans le sang chez les femmes ménopausées. Une trop faible concentration augmente le risque de fractures osseuses ostéoporotiques. En dessous de 20 microgrammes, la prise de suppléments de vitamine D est justifiée, semble-t-il. Pour les groupes à risque, il n'est pas nécessaire de déterminer à l'avance la concentration de vitamine D, car la prise de compléments est conseillée dans tous les cas. Les groupes à risque sont les personnes qui ont eu un bypass gastrique (chirurgie de perte de poids), les personnes souffrant d'insuffisance rénale chronique ou de maladies intestinales inflammatoires chroniques, les résidents de maisons de soins et ceux qui s'exposent peu au soleil ou qui utilisent fréquemment des filtres anti-UV (dans les crèmes par exemple).La vitamine D est également présente dans les aliments, mais pas assez pour atteindre la dose recommandée. Les poissons gras sont notamment conseillés, mais leur niveau de vitamine D peut varier considérablement en fonction de leur nourriture. Le beurre et les oeufs contiennent également cette vitamine, mais il ne faut pas en consommer de trop.