Même si la 5G n'a bien sûr pas pu être à l'origine de la pandémie du Covid-19, il n'en est pas moins vrai que la question reste posée de possibles effets de cette 5G sur la santé. C'est ce que j'avais indiqué en décembre dernier dans un rapport demandé par la Chambre sur le sujet. C'est ce qu'ont notamment aussi exprimé l'ANSES française, ou encore la Swedish Radiation Safety Authority.

Dans le cadre d'une collaboration scientifique multidisciplinaire, nous avons élaboré un projet d'expérimentation originale et novatrice pour tester les effets de la 5G, sur la base d'arguments et de lignes directrices que nous avons publiés dans la très sérieuse revue Environmental Research.

Mais force est de constater que nous nous heurtons aux sempiternelles difficultés inhérentes à l'obtention de fonds pour la recherche dans notre pays : lourdeur des démarches, deadlines implacables, compétition avec d'autres projets, délais d'obtention des fonds, etc. Faudra-t-il dès lors demander ces fonds à l'Etranger ? Pour un précédent projet, c'est, personnellement, aux Etats-Unis que j'en avais finalement obtenus. Et ici, nous envisageons, mais sans trop y croire, d'en demander aux Français...

A l'heure où, tant le public que des professionnels de la santé expriment leurs craintes par rapport aux effets de la 5G sur la santé, le politique ne pourrait-il, ne devrait-il donner un signal fort, en décidant d'accorder des fonds exceptionnels pour la recherche sur ce sujet particulier? Gageons qu'ici aussi, il saura faire preuve du courage nécessaire.

Dr Jacques Vanderstraeten, Docteur en Sciences de la santé publique

Collaborateur scientifique de l'Ecole de santé publique de l'Université Libre de Bruxelles

Membre du Conseil Supérieur de la Santé

Même si la 5G n'a bien sûr pas pu être à l'origine de la pandémie du Covid-19, il n'en est pas moins vrai que la question reste posée de possibles effets de cette 5G sur la santé. C'est ce que j'avais indiqué en décembre dernier dans un rapport demandé par la Chambre sur le sujet. C'est ce qu'ont notamment aussi exprimé l'ANSES française, ou encore la Swedish Radiation Safety Authority. Dans le cadre d'une collaboration scientifique multidisciplinaire, nous avons élaboré un projet d'expérimentation originale et novatrice pour tester les effets de la 5G, sur la base d'arguments et de lignes directrices que nous avons publiés dans la très sérieuse revue Environmental Research. Mais force est de constater que nous nous heurtons aux sempiternelles difficultés inhérentes à l'obtention de fonds pour la recherche dans notre pays : lourdeur des démarches, deadlines implacables, compétition avec d'autres projets, délais d'obtention des fonds, etc. Faudra-t-il dès lors demander ces fonds à l'Etranger ? Pour un précédent projet, c'est, personnellement, aux Etats-Unis que j'en avais finalement obtenus. Et ici, nous envisageons, mais sans trop y croire, d'en demander aux Français...A l'heure où, tant le public que des professionnels de la santé expriment leurs craintes par rapport aux effets de la 5G sur la santé, le politique ne pourrait-il, ne devrait-il donner un signal fort, en décidant d'accorder des fonds exceptionnels pour la recherche sur ce sujet particulier? Gageons qu'ici aussi, il saura faire preuve du courage nécessaire.Dr Jacques Vanderstraeten, Docteur en Sciences de la santé publiqueCollaborateur scientifique de l'Ecole de santé publique de l'Université Libre de BruxellesMembre du Conseil Supérieur de la Santé