L'enfance est une période cruciale dans le développement des habitudes alimentaires d'un enfant. De nombreuses études ont déjà démontré que la relation entre les enfants et la nourriture pouvait être un facteur primordial dans le développement de problèmes comme l'obésité. Qu'en est-il pour les petits Belges ?
...

L'enfance est une période cruciale dans le développement des habitudes alimentaires d'un enfant. De nombreuses études ont déjà démontré que la relation entre les enfants et la nourriture pouvait être un facteur primordial dans le développement de problèmes comme l'obésité. Qu'en est-il pour les petits Belges ?Activité socialeManger et cuisiner ensemble n'est pas seulement amusant, c'est également bon pour la santé. Manger en famille diminue les risques de problèmes de santé liés à la nourriture, comme le surpoids, les troubles alimentaires et les mauvaises habitudes alimentaires en général. La grosse majorité des Belges partagent au moins un repas par jour avec d'autres personnes mais 15% affirment ne le faire que pendant le weekend. Les femmes et les universitaires en particulier ne mangent que très rarement seuls.Les parents qui veulent inculquer de bonnes habitudes alimentaires à leurs enfants ont raison de les faire participer à tous les aspects de la préparation des plats. En effet, manger en famille ne fait pas tout. La préparation et les courses jouent un rôle clé dans l'éducation. Cependant, tous les jeunes Belges ne sont pas aussi impliqués dans ce tableau. La moitié des adolescents entre 10 et 17 ans doivent aider dans la cuisine. Parmi eux, filles sont toujours plus concernées. Les raisons de cette tendance ne sont pas claires. Est-ce que les parents demandent plus d'aide à leurs filles ou est-ce qu'elles veulent juste suivre les traces de leurs mères, qui passent encore et toujours plus de temps dans la cuisine que leurs partenaires masculins ?Tous les enfants belges ne mangent pas à table. Et cela a de l'influence sur leur santé. En effet, des études ont montré que les enfants qui mangeaient devant la télévision couraient plus de risques de souffrir d'obésité. Pourtant, beaucoup d'enfants le font encore. En général, la télévision est souvent allumée le matin : 47% des enfants prennent leur déjeuner devant la télévision. En comparaison, 41 % dinent devant l'écran. En général, les parents instruits et flamands ont souvent moins tendance à prendre leur repas devant l'écran.Les tout-petitsEn ce qui concerne l'alimentation des bébés, les Belges ont encore beaucoup à apprendre en comparaison avec d'autres pays européens comme la Suède ou la Norvège. Seulement une minorité de bébés sont allaités selon les recommandations de l'OMS. En 2014, le bébé belge moyen était seulement allaité pendant ses onze premières semaines alors que l'OMS préconisait de le faire pendant six mois (24 semaines).Seulement 19% des bébés de notre pays sont allaités selon les normes de l'OMS et presque 22% des bébés ne sont jamais allaités. Les parents diplômés (d'études supérieures) allaitent généralement plus longtemps leurs bébés. Néanmoins, les mères qui retournent travailler ont moins tendance à allaiter leurs enfants plus longtemps.Choix personnelLes enfants qui sont autorisés à choisir la quantité de nourriture qu'ils veulent manger, apprennent également plus tard à contrôler leurs habitudes d'alimentation. Il est important que les parents gardent le contrôle. Mais les experts de l'Enquête de consommation alimentaire recommandent de ne pas être trop rigide : être trop strict ou trop laxiste provoque l'effet contraire. Les parents belges ont confiance dans les choix alimentaires de leurs enfants : la moitié des enfants entre trois et neuf ans peuvent choisir eux-mêmes ce qu'ils veulent manger et 66% d'entre eux peuvent choisir la quantité. 42% des enfants belges sont obligés de terminer leur assiette.Ainsi, la grosse majorité des enfants entre trois et neuf ans (85%) choisissent eux-mêmes de consommer des fruits. En ce qui concerne les encas moins sains, d'autres règles sont de mise : seulement 35% des enfants ont le droit de se servir dans le garde-manger sans restriction. Plus les parents sont éduqués, moins les enfants sont autorisés à le faire.Selon les études, il vaut mieux montrer le bon exemple si on veut que ses enfants mangent sainement. L'appétit vient en mangeant, et cela vaut également pour (toutes sortes) les légumes et les fruits. Une présentation attirante et alléchante pousse plus souvent les enfants à manger qu'une bouillie d'épinards par exemple.