L'âge moyen le plus bas pour la première naissance était enregistré en Bulgarie (26 ans), suivie de la Roumanie (26,4) et de la Lettonie (26,8). À l'inverse, l'âge de la mère à la naissance du premier enfant était supérieur à 30 ans en Italie (31 ans), en Espagne (30,8) et au Luxembourg (30,5).

Des disparités existent également concernant la part de mères adolescentes. En Roumanie, 14,2% des premiers enfants étaient nés de mères de moins de 20 ans. Cette part était de 13,6% en Bulgarie et de 10,8% en Hongrie. En Belgique, la part de mères adolescentes était de 3,1% en 2016.

Les proportions les plus élevées de premiers enfants nés de femmes âgées de 40 ans et plus étaient enregistrées en Italie (7,2% du total des naissances de premiers enfants en 2016), en Espagne (6,6%) et en Grèce (5,3%).

En 2016, la France (1,92 naissance par femme) et la Suède (1,85) étaient les deux États membres affichant les indicateurs conjoncturels de fécondité les plus élevés de l'UE. Elles étaient suivies par l'Irlande (1,81), le Danemark et le Royaume-Uni (1,79 chacun). À l'opposé, les indicateurs de fécondité les plus faibles ont été observés en Espagne et en Italie (1,34 naissance par femme chacune), au Portugal (1,36), à Chypre et à Malte (1,37 chacun), en Grèce (1,38) et en Pologne (1,39).