"Je ne veux pas d'une réforme qui ne change rien, qui soit de la poudre aux yeux", a déclaré Laurette Onkelinx (PS). En séparant davantage les activités de dépôts et le trading, la réforme doit créer "un bouclier pour l'épargnant", a-t-elle répété, tout en se déclarant "ouverte" aux diverses méthodes permettant d'aboutir à ces résultats. Même son de cloche du côté de Johan Vande Lanotte (sp.a). "Il faut protéger l'épargnant", sous peine de voir l'Etat à nouveau intervenir, a-t-il déclaré. "Les gens ont peur. La première chose qui doit changer, c'est que les gens ne doivent plus avoir peur", a-t-il ajouté. Mais pour Koen Geens, "la protection des épargnants n'est pas le point" de la réforme. Le ministre estime que les déposants "bénéficient déjà d'une très large protection", grâce à une garantie sur les dépôts de 100.000 euros par personne et par compte bancaire. En diversifiant les comptes bancaires d'un ménage, "on arrive vite à 600, 700.000 euros de protection", a-t-il dit, soulignant qu'il revient aussi aux consommateurs de veiller à la sécurité de leurs placements. (Belga)

"Je ne veux pas d'une réforme qui ne change rien, qui soit de la poudre aux yeux", a déclaré Laurette Onkelinx (PS). En séparant davantage les activités de dépôts et le trading, la réforme doit créer "un bouclier pour l'épargnant", a-t-elle répété, tout en se déclarant "ouverte" aux diverses méthodes permettant d'aboutir à ces résultats. Même son de cloche du côté de Johan Vande Lanotte (sp.a). "Il faut protéger l'épargnant", sous peine de voir l'Etat à nouveau intervenir, a-t-il déclaré. "Les gens ont peur. La première chose qui doit changer, c'est que les gens ne doivent plus avoir peur", a-t-il ajouté. Mais pour Koen Geens, "la protection des épargnants n'est pas le point" de la réforme. Le ministre estime que les déposants "bénéficient déjà d'une très large protection", grâce à une garantie sur les dépôts de 100.000 euros par personne et par compte bancaire. En diversifiant les comptes bancaires d'un ménage, "on arrive vite à 600, 700.000 euros de protection", a-t-il dit, soulignant qu'il revient aussi aux consommateurs de veiller à la sécurité de leurs placements. (Belga)