Parmi les principales préventions examinées mercredi: des faux bordereaux réalisés par des employés du casino de Namur qui indiquaient des recettes moindres que les recettes réelles quotidiennnes du casino, des vols de jetons aux tables de jeux pour les échanger contre de l'argent et le fait d'avoir fait partie d'une association de malfaiteurs. Si les prévenus (des chefs de salle principalement) reconnaissent la prévention de faux, la plupart dit ne pas avoir eu le sentiment ou ne pas avoir eu conscience de faire partie d'une association de malfaiteurs ou d'une organisation criminelle. "Avoir échangé des jetons contre des billets, oui, mais l'association de malfaiteurs, non", a déclaré l'un d'eux. "Non, je n'ai pas eu l'impression de faire partie d'un réseau structuré, hiérarchisé", a dit un autre. Le procès présidé par la juge Manuela Cadelli se poursuivra mercredi prochain. (Belga)

Parmi les principales préventions examinées mercredi: des faux bordereaux réalisés par des employés du casino de Namur qui indiquaient des recettes moindres que les recettes réelles quotidiennnes du casino, des vols de jetons aux tables de jeux pour les échanger contre de l'argent et le fait d'avoir fait partie d'une association de malfaiteurs. Si les prévenus (des chefs de salle principalement) reconnaissent la prévention de faux, la plupart dit ne pas avoir eu le sentiment ou ne pas avoir eu conscience de faire partie d'une association de malfaiteurs ou d'une organisation criminelle. "Avoir échangé des jetons contre des billets, oui, mais l'association de malfaiteurs, non", a déclaré l'un d'eux. "Non, je n'ai pas eu l'impression de faire partie d'un réseau structuré, hiérarchisé", a dit un autre. Le procès présidé par la juge Manuela Cadelli se poursuivra mercredi prochain. (Belga)