Les audiences de la cour d'assises sont particulièrement longues pour Silvano Bruni, qui est malade et prend des médicaments qui entraînent des conséquences physiologiques particulières. Au cours des premières journées du procès, Silvano Bruni avait déjà montré qu'il avait trop chaud, se retrouvant en singlet ou torse nu sur le banc des accusés. Lundi, l'audience avait été interrompue en urgence pour qu'il puisse soulager un besoin naturel. Ce mercredi, l'accusé a montré des signes d'agitation sur le banc des accusés mais n'a jamais demandé à interrompre l'audience. L'accusé avait manifestement besoin d'uriner. Après avoir pris soin de se cacher de ses avocates en déposant un vêtement sur la barrière se trouvant devant les accusés, Silvano Bruni a découpé une bouteille de soda, l'a glissée dans son training et a uriné dedans. Ce moment inédit devant la cour d'assises de Liège est passé inaperçu aux yeux des magistrats de la Cour. (Belga)

Les audiences de la cour d'assises sont particulièrement longues pour Silvano Bruni, qui est malade et prend des médicaments qui entraînent des conséquences physiologiques particulières. Au cours des premières journées du procès, Silvano Bruni avait déjà montré qu'il avait trop chaud, se retrouvant en singlet ou torse nu sur le banc des accusés. Lundi, l'audience avait été interrompue en urgence pour qu'il puisse soulager un besoin naturel. Ce mercredi, l'accusé a montré des signes d'agitation sur le banc des accusés mais n'a jamais demandé à interrompre l'audience. L'accusé avait manifestement besoin d'uriner. Après avoir pris soin de se cacher de ses avocates en déposant un vêtement sur la barrière se trouvant devant les accusés, Silvano Bruni a découpé une bouteille de soda, l'a glissée dans son training et a uriné dedans. Ce moment inédit devant la cour d'assises de Liège est passé inaperçu aux yeux des magistrats de la Cour. (Belga)