Alors que l'humanité s'apprête à franchir, en 2050, le cap des neuf milliards d'individus, " virtualiser " la nourriture est la grande tendance qui excite de nombreux labos de par le monde. L'enjeu, il est vrai, est de taille. En attendant la multiplication des Terriens qu'il va bien falloir nourrir, il s'agit aussi, dès aujourd'hui, de s'attaquer à la terrible panoplie de problèmes de santé induits par la malbouffe : diabète, maladies cardio-vasculaires, allergies, obésité... sans oublier l...

Alors que l'humanité s'apprête à franchir, en 2050, le cap des neuf milliards d'individus, " virtualiser " la nourriture est la grande tendance qui excite de nombreux labos de par le monde. L'enjeu, il est vrai, est de taille. En attendant la multiplication des Terriens qu'il va bien falloir nourrir, il s'agit aussi, dès aujourd'hui, de s'attaquer à la terrible panoplie de problèmes de santé induits par la malbouffe : diabète, maladies cardio-vasculaires, allergies, obésité... sans oublier le fléau des aliments bourrés de pesticides, de phtalates et autres produits chimiques souvent liés à l'agriculture industrielle. Le projet le plus intrigant du moment est probablement The Project Nourished, une initiative menée par le technologiste coréen Jinsoo Ann. Avec son équipe pluridisciplinaire, depuis son labo de Californie, le chercheur - qui est aussi designer - met les bouchées doubles pour mêler la gastronomie moléculaire à la réalité virtuelle. Son idée : manger du quasi-rien tout en ayant la sensation de s'offrir une grandiose expérience gastronomique. Jinsoo Ann a aussi inventé une boisson sans alcool qui donne aux gens l'impression de déguster un cocktail ou un whisky. Concrètement, le mangeur est équipé d'un casque de réalité virtuelle. Mais le dispositif ne s'arrête pas là : l'affaire comprend aussi un diffuseur d'odeurs et une machine qui donne l'impression à la mâchoire qu'elle est en train de mastiquer (bruits à l'appui), à la langue de goûter des saveurs et à la bouche de se sentir pleine et comblée. Vous aurez ainsi l'impression de déguster un homard ou un steak-frites, alors que vous mâchouillerez un simple cube d'algues... Le cerveau n'est pas frustré, ce qui est idéal pour les personnes désirant perdre du poids, par exemple. Une aubaine aussi pour les personnes mortellement allergiques à un certain aliment qu'elles adorent ou pour celles qui sont accros au " trop sucré ", au " trop gras " ou au " trop salé ". Reste à voir comment le public va accueillir cette nourriture virtuelle, aux antipodes de ce que souhaite actuellement une majorité de gens. The Project Nourished n'est pas sans rappeler le film Soleil vert de Richard Fleischer, ce grand classique de la science-fiction atrocement pessimiste, sorti en 1974. Il raconte comment, en 2022, une humanité ayant épuisé toutes les ressources naturelles de sa planète, se nourrit exclusivement d'une pastille contenant tous les nutriments nécessaires à sa triste survie. Prophétique ?