Si le gaspillage alimentaire était un pays, ce serait le troisième plus gros émetteur de gaz à effet de serre au monde, après les Etats-Unis et la Chine. Chez nous, ce gâchis représente 345 kg de nourriture par an et par personne. Mais un Belge sur dix a déjà choisi d'apporter sa modeste contribution à la lutte antigaspi, en s'enregistrant sur l'application Too Good To Go.
...

Si le gaspillage alimentaire était un pays, ce serait le troisième plus gros émetteur de gaz à effet de serre au monde, après les Etats-Unis et la Chine. Chez nous, ce gâchis représente 345 kg de nourriture par an et par personne. Mais un Belge sur dix a déjà choisi d'apporter sa modeste contribution à la lutte antigaspi, en s'enregistrant sur l'application Too Good To Go. Le principe ? Via son smartphone, on localise un commerçant ou un supermarché près de chez soi qui cherche à écouler ses invendus du jour, présentés sous forme de paniers surprises à réserver en ligne avant de les récupérer sur place. Un concept gagnant-gagnant, puisque le vendeur évite de jeter des denrées non périmées tandis que le consommateur se voit octroyer une ristourne alléchante - minimum 50 %. D'après Laurine Poortmans, porte-parole de Too Good To Go, la formule remporte un franc succès. " Si l'on aime tout, ou en tout cas beaucoup de choses, on peut sans souci tester l'appli auprès de l'ensemble des commerçants situés près de chez soi. Selon les restaurants ou commerces qu'on fréquente, on sait à peu près ce qu'on va pouvoir retrouver dans son panier, donc le risque de "mauvaise surprise" est assez limité. " Parmi le million de Belges convaincus par la démarche, il y a Laura. Consultante dans le secteur de la finance et résidant à Bruxelles, la jeune femme a découvert Too Good To Go il y a plus d'un an. " Cela m'apporte à la fois la satisfaction de réduire mes déchets et la possibilité d'innover en cuisine, en recevant des produits que je n'achèterais pas spontanément ", explique cette adepte du vrac et des boutiques de seconde main. Disponible à travers tout le pays depuis mars 2018, l'application, née au Danemark en 2016, séduit particulièrement dans les grandes villes (Gand, Bruxelles...)où l'offre est importante. Mais le phénomène antigaspi est amené à s'amplifier, anticipe Nicolas De Borchgrave, utilisateur ponctuel de l'appli. " Je constate que d'autres acteurs, de la même veine, se multiplient un peu partout et que mon entourage pose toujours davantage de gestes salutaires pour la planète ", indique ce réalisateur indépendant habitant à Ixelles. Un constat principalement valable " pour les jeunes générations, qui ont été conscientisées très tôt à toute une série de démarches écoresponsables ". En deux ans, deux millions de paniers ont pu être sauvés via Too Good To Go. Une jolie victoire, rendue possible notamment grâce aux partenariats mis en place avec près de trois mille commerçants. " Vu leur nombre très important en Belgique, il nous reste encore beaucoup de travail à abattre en matière de prospection et de sensibilisation, concède Laurine Poortmans, mais ceux qui adhèrent à notre démarche peuvent aussi directement s'inscrire sur le site toogoodtogo.be. " Une fois enregistrés, il ne leur reste plus qu'à renseigner les invendus du jour par le biais d'un tableau de bord personnel. S'ils sont preneurs, les riverains s'engagent alors à venir les chercher avant l'heure de fermeture. L'objectif zéro déchet de Too Good To Go ne se cantonne pas aux secteurs des petits commerces, de la grande distribution et de l'Horeca. " Nous ambitionnons également de sensibiliser un maximum de foyers au gaspillage alimentaire, en leur fournissant des outils et conseils faciles à appliquer dans la vie de tous les jours ", ajoute Laurine Poortmans. Autre public cible : le monde de l'entreprise, auprès duquel les membres de l'association dispensent régulièrement des conférences. Quant à la sphère de l'enseignement, elle n'est pas en reste puisque des " outils éducatifs pour tous les âges sont à disposition des écoles et des familles ". Et, parce la révolution des mentalités et des pratiques est indissociable du politique, une partie de l'équipe travaille actuellement sur une clarification des dates de péremption, " car on se rend compte que des produits encore consommables dans le mois ou les deux mois sont jetés ". En cette période de confinement, Too Good To Go a par ailleurs lancé depuis quelques semaines l'opération WeCare. " Ayant constaté que les restaurateurs sont en grande difficulté, nous mettons l'application gratuitement à leur disposition pour qu'ils puissent y proposer une série de plats à emporter. Une manière pour nous d'aider les commerces locaux afin qu'ils puissent surmonter cette période compliquée, en leur offrant un outil technologique déjà prêt à l'emploi et ainsi leur éviter de perdre du temps en envoi de courriels ou de messages par gsm. " Pour le consommateur, impossible de se tromper puisque l'application fait clairement le distinguo entre d'un côté les invendus, toujours disponibles, et de l'autre les plats à emporter désormais proposés. Par Annabelle Duaut.