La honte. Voilà ce que ressent Felix Benneckenstein, 31 ans, lorsqu'il repense aux textes racistes qu'il chantait en concert il y a huit ans. " J'ai écrit que les Noirs étaient un problème pour l'Allemagne et qu'ils ne pouvaient pas rester ici. Aujourd'hui, j'y repense tous les jours ", confie-t-il au téléphone. A cette époque, le chanteur-guitariste, qui se faisait appeler Flex, était le fondateur de la Kameradschaften (" camaraderie ", sorte de groupuscule local partageant les mêmes positions d'extrême droite) de la petite ville d'Erding, dans la région de Munich. Un ardent militant, qui répondait présent à tous les défilés néonazis organisés près de chez lui. Un provocateur toujours en quête d'une nouvelle bagarre. Un autre homme.
...