Le café Kahwetna de Tripoli, dans le nord du Liban, ressemble à n'importe quel autre bar à la mode. Ce lundi midi, deux jeunes sont derrière des platines, un petit groupe discute sur les canapés en bois de palettes récupéré, il y a même un studio d'enregistrement, du matériel vidéo, une table de montage et une grande scène que l'entrebâillement de la porte du fond laisse deviner. Bref, tout est fait pour que les jeunes puissent se rencontrer. " On a choisi de créer un endroit où ils puissent se mêler ", confirme Loïc Feghali, employé de March, l'ONG locale qui a ouvert ce lieu en 2016.
...