Plusieurs personnalités féminines se sont succédées sur scène pour interpréter ces rôles sinistres, avec force, sensibilité, et parfois quelques pointes d'ironie. La ministre fédérale de l'Egalité des chances Jöelle Milquet (CDH) s'est installée derrière un pupitre pour s'exprimer au nom d'une femme de pouvoir assassinée par son compagnon en raison de sa réussite professionnelle. "Ce sont des tranches de vie, de vrais faits divers. Mais à chaque fois, c'est le même drame : la femme est victime de l'homme qu'elle aime et en qui elle a confiance. (...) L'homme n'accepte pas que la femme devienne plus importante que lui, lui échappe... Il y a énormément de problèmes de possession et de sentiment d'infériorité dans la violence", a-t-elle commenté en descendant de la scène etterbeekoise. L'auteur américaine Beverly Jo Scott, la ministre de l'Action sociale Evelyne Huytebroeck (Ecolo) et la princesse Marie-Esméralda de Belgique sont ensuite tour à tour montées sur les planches, chaussures rouges aux pieds. "C'étaient mes premiers pas sur scène", partage Viviane Teiltelbaum (MR), présidente du Conseil des femmes francophones. "Cela m'a permis de rentrer dans la peau de ces personnes qui souffrent de ces violences." (Belga)

Plusieurs personnalités féminines se sont succédées sur scène pour interpréter ces rôles sinistres, avec force, sensibilité, et parfois quelques pointes d'ironie. La ministre fédérale de l'Egalité des chances Jöelle Milquet (CDH) s'est installée derrière un pupitre pour s'exprimer au nom d'une femme de pouvoir assassinée par son compagnon en raison de sa réussite professionnelle. "Ce sont des tranches de vie, de vrais faits divers. Mais à chaque fois, c'est le même drame : la femme est victime de l'homme qu'elle aime et en qui elle a confiance. (...) L'homme n'accepte pas que la femme devienne plus importante que lui, lui échappe... Il y a énormément de problèmes de possession et de sentiment d'infériorité dans la violence", a-t-elle commenté en descendant de la scène etterbeekoise. L'auteur américaine Beverly Jo Scott, la ministre de l'Action sociale Evelyne Huytebroeck (Ecolo) et la princesse Marie-Esméralda de Belgique sont ensuite tour à tour montées sur les planches, chaussures rouges aux pieds. "C'étaient mes premiers pas sur scène", partage Viviane Teiltelbaum (MR), présidente du Conseil des femmes francophones. "Cela m'a permis de rentrer dans la peau de ces personnes qui souffrent de ces violences." (Belga)