Ils sont 37 % de la population mondiale - soit 2,9 milliards de personnes - à n'avoir encore jamais utilisé l'Internet. Et c'est sur le continent Africain que le pourcentage est le plus bas puisque seulement 33% des habitants ont déjà surfé sur le web. A contrario, l'Europe est la plus connectée avec 87% de la population du continent qui utilise Internet.

L'Union internationale des télécommunications (UIT), une agence de l'ONU, a publié cette grande étude fin novembre afin de connaître l'état de connectivité de la population mondiale. L'UIT résume les résultats de l'étude en soulignant la "poussée de la connectivité" due à la pandémie, tout en confirmant que "les plus pauvres du monde restent loin derrière".

La pandémie booste la connectivité

Parmi les conclusions publiées par l'Agence, l'une révèle une forte croissance mondiale, le nombre estimé de personnes ayant utilisé l'Internet passant de 4,1 milliards en 2019 à 4,9 milliards en 2021. Soit une augmentation de 17 %. Et, encore une fois, la pandémie a joué un rôle majeur dans l'augmentation de ces chiffres.

Ainsi, l'Agence a conclu que "les mesures prises pendant la pandémie - telles que les lockdowns généralisés et les fermetures d'écoles, combinées au besoin des gens d'accéder aux nouvelles, aux services gouvernementaux, aux mises à jour sanitaires, au commerce électronique et aux services bancaires en ligne - ont contribué à un 'coup de pouce à la connectivité du COVID'".

Des inégalités sociales, géographiques et de genre persistantes

Toutefois, l'UIT confirme que "la capacité de se connecter reste profondément inégale". En effet, sur les 2,9 milliards de personnes encore hors ligne, 96 % vivent dans des pays en développement. Et même parmi les 4,9 milliards d'utilisateurs de l'Internet, des centaines de millions n'ont la possibilité de se connecter que rarement, via des appareils partagés ou en utilisant des vitesses de connexion qui limitent considérablement l'utilité de leur connexion.

Concernant l'égalité de genre, l'Agence de l'ONU indique que malgré une réduction de la fracture numérique entre hommes et femmes, "de grands écarts subsistent dans les pays les plus pauvres". Dans le monde, 62 % des hommes en moyenne utilisent l'internet, contre 57 % des femmes. Mais sur les continents européen et américain, la parité est quasi atteinte.

Enfin, au niveau mondial, il existe un véritable fossé entre la connectivité des zones urbaines et celle des zones rurales. La population urbaine est en effet deux fois plus nombreuse (76%) à utiliser l'internet que celle des zones rurales (39 %). Ce fossé est inexistant en Europe, mais significatif en Amérique, avec une balance située à 83 et 60%.

Des jeunes ultra-connectés

Dans le monde, 71% des jeunes de 15 ans à 24 ans utilisent internet. Dans le reste de la population, le pourcentage tombe à 57% des individus. Et c'est en Europe que ce taux est le plus élevé, puisque 97% des 15-24 ans sont connectés.

Sur le continent Africain, le pourcentage est beaucoup plus bas. Les jeunes de cette tranche d'âge ne sont que 40% à utiliser internet. Et il faut diviser le chiffre par deux en ce qui concerne le reste de la population puisque uniquement 27% de cette population est connectée.

Aurore Dessaigne

Ils sont 37 % de la population mondiale - soit 2,9 milliards de personnes - à n'avoir encore jamais utilisé l'Internet. Et c'est sur le continent Africain que le pourcentage est le plus bas puisque seulement 33% des habitants ont déjà surfé sur le web. A contrario, l'Europe est la plus connectée avec 87% de la population du continent qui utilise Internet. L'Union internationale des télécommunications (UIT), une agence de l'ONU, a publié cette grande étude fin novembre afin de connaître l'état de connectivité de la population mondiale. L'UIT résume les résultats de l'étude en soulignant la "poussée de la connectivité" due à la pandémie, tout en confirmant que "les plus pauvres du monde restent loin derrière".Parmi les conclusions publiées par l'Agence, l'une révèle une forte croissance mondiale, le nombre estimé de personnes ayant utilisé l'Internet passant de 4,1 milliards en 2019 à 4,9 milliards en 2021. Soit une augmentation de 17 %. Et, encore une fois, la pandémie a joué un rôle majeur dans l'augmentation de ces chiffres. Ainsi, l'Agence a conclu que "les mesures prises pendant la pandémie - telles que les lockdowns généralisés et les fermetures d'écoles, combinées au besoin des gens d'accéder aux nouvelles, aux services gouvernementaux, aux mises à jour sanitaires, au commerce électronique et aux services bancaires en ligne - ont contribué à un 'coup de pouce à la connectivité du COVID'". Toutefois, l'UIT confirme que "la capacité de se connecter reste profondément inégale". En effet, sur les 2,9 milliards de personnes encore hors ligne, 96 % vivent dans des pays en développement. Et même parmi les 4,9 milliards d'utilisateurs de l'Internet, des centaines de millions n'ont la possibilité de se connecter que rarement, via des appareils partagés ou en utilisant des vitesses de connexion qui limitent considérablement l'utilité de leur connexion.Concernant l'égalité de genre, l'Agence de l'ONU indique que malgré une réduction de la fracture numérique entre hommes et femmes, "de grands écarts subsistent dans les pays les plus pauvres". Dans le monde, 62 % des hommes en moyenne utilisent l'internet, contre 57 % des femmes. Mais sur les continents européen et américain, la parité est quasi atteinte.Enfin, au niveau mondial, il existe un véritable fossé entre la connectivité des zones urbaines et celle des zones rurales. La population urbaine est en effet deux fois plus nombreuse (76%) à utiliser l'internet que celle des zones rurales (39 %). Ce fossé est inexistant en Europe, mais significatif en Amérique, avec une balance située à 83 et 60%.Dans le monde, 71% des jeunes de 15 ans à 24 ans utilisent internet. Dans le reste de la population, le pourcentage tombe à 57% des individus. Et c'est en Europe que ce taux est le plus élevé, puisque 97% des 15-24 ans sont connectés.Sur le continent Africain, le pourcentage est beaucoup plus bas. Les jeunes de cette tranche d'âge ne sont que 40% à utiliser internet. Et il faut diviser le chiffre par deux en ce qui concerne le reste de la population puisque uniquement 27% de cette population est connectée.Aurore Dessaigne