"Le président a déposé son retrait des élections sénatoriales", a annoncé sur Twitter James Jimenez, porte-parole du bureau de la Commission des élections. Cette candidature aux sénatoriales du président sortant, empêché par la Constitution de briguer un second mandat à la magistrature suprême, avait été perçue comme une manoeuvre pour rester en politique alors que sa guerre contre la drogue fait l'objet d'une enquête internationale.

Son retrait ne signifie pas forcément qu'il entend, à 76 ans, se mettre en congé de la politique après la présidentielle de mai. Selon les règles électorales, il pourrait potentiellement remplacer un autre candidat portant le même nom de famille lors des élections locales ou nationales de mai prochain. Sa fille Sara Duterte-Carpio brigue la vice-présidence du pays tandis que son fil Sebastian est en lice pour la mairie de Davao City, le bastion de la famille dans le sud des Philippines.

"Le président a déposé son retrait des élections sénatoriales", a annoncé sur Twitter James Jimenez, porte-parole du bureau de la Commission des élections. Cette candidature aux sénatoriales du président sortant, empêché par la Constitution de briguer un second mandat à la magistrature suprême, avait été perçue comme une manoeuvre pour rester en politique alors que sa guerre contre la drogue fait l'objet d'une enquête internationale. Son retrait ne signifie pas forcément qu'il entend, à 76 ans, se mettre en congé de la politique après la présidentielle de mai. Selon les règles électorales, il pourrait potentiellement remplacer un autre candidat portant le même nom de famille lors des élections locales ou nationales de mai prochain. Sa fille Sara Duterte-Carpio brigue la vice-présidence du pays tandis que son fil Sebastian est en lice pour la mairie de Davao City, le bastion de la famille dans le sud des Philippines.