Si en Fédération Wallonie-Bruxelles, l'on consacre 61 heures par an à l'éducation physique en primaire et 81 heures en secondaire (permettant alors à la Belgique d'atteindre le 5e rang européen), dans l'Hexagone, on y dédie 108 heures chaque année quel que soit le niveau d'enseignement. Bien que les Etats reconnaissent l'importance de l'éducation physique à l'école, le temps scolaire consacré aux sports reste relativement bas, relèvent les auteurs de l'étude. "Il correspond globalement à moins de 10% de la durée totale des cours, ou la moitié du temps dédié à l'apprentissage des mathématiques", détaillent-ils. Pour améliorer la situation, les auteurs de l'étude livrent la piste de la Grèce ou de la Finlande, qui ont réussi à gommer la dimension 'compétition' au profit du caractère participatif de la pratique sportive. Les élèves s'y sentent plus motivés, plus satisfaits et font preuve de davantage d'engagement. Le cas des pays incluant davantage les activités sportives tout au long de la journée est également mis en exergue. L'étude montre qu'un tiers des 30 pays étudiés envisagent des réformes de l'éducation physique à l'école, soit en augmentant le temps dédié à l'exercice physique, soit en diversifiant l'offre d'activités sportives. (Belga)

Si en Fédération Wallonie-Bruxelles, l'on consacre 61 heures par an à l'éducation physique en primaire et 81 heures en secondaire (permettant alors à la Belgique d'atteindre le 5e rang européen), dans l'Hexagone, on y dédie 108 heures chaque année quel que soit le niveau d'enseignement. Bien que les Etats reconnaissent l'importance de l'éducation physique à l'école, le temps scolaire consacré aux sports reste relativement bas, relèvent les auteurs de l'étude. "Il correspond globalement à moins de 10% de la durée totale des cours, ou la moitié du temps dédié à l'apprentissage des mathématiques", détaillent-ils. Pour améliorer la situation, les auteurs de l'étude livrent la piste de la Grèce ou de la Finlande, qui ont réussi à gommer la dimension 'compétition' au profit du caractère participatif de la pratique sportive. Les élèves s'y sentent plus motivés, plus satisfaits et font preuve de davantage d'engagement. Le cas des pays incluant davantage les activités sportives tout au long de la journée est également mis en exergue. L'étude montre qu'un tiers des 30 pays étudiés envisagent des réformes de l'éducation physique à l'école, soit en augmentant le temps dédié à l'exercice physique, soit en diversifiant l'offre d'activités sportives. (Belga)