L'accord de Genève constitue "une première étape" vers une solution définitive à la question du programme nucléaire iranien, indique Didier Reynders. Selon le ministre des Affaires étrangères, le travail de vérification des engagements sera "déterminant" pour s'assurer des actions concrètes prises par Téhéran afin de respecter ses obligations internationales. "Avec ses partenaires européens, la Belgique est disposée à répondre à ces mesures prises par l'Iran." L'engagement pour la conclusion d'un accord final et global est un autre élément important de cet accord, ajoute Didier Reynders. "Les nouveaux pourparlers doivent démarrer dans les meilleurs délais afin de maintenir le momentum de l'accord de ce 24 novembre. L'objectif reste d'empêcher l'Iran de développer l'arme nucléaire." Didier Reynders rappelle également que l'Iran doit démontrer "de manière tangible qu'il a véritablement l'intention de répondre aux préoccupations de toute la communauté internationale". (Belga)

L'accord de Genève constitue "une première étape" vers une solution définitive à la question du programme nucléaire iranien, indique Didier Reynders. Selon le ministre des Affaires étrangères, le travail de vérification des engagements sera "déterminant" pour s'assurer des actions concrètes prises par Téhéran afin de respecter ses obligations internationales. "Avec ses partenaires européens, la Belgique est disposée à répondre à ces mesures prises par l'Iran." L'engagement pour la conclusion d'un accord final et global est un autre élément important de cet accord, ajoute Didier Reynders. "Les nouveaux pourparlers doivent démarrer dans les meilleurs délais afin de maintenir le momentum de l'accord de ce 24 novembre. L'objectif reste d'empêcher l'Iran de développer l'arme nucléaire." Didier Reynders rappelle également que l'Iran doit démontrer "de manière tangible qu'il a véritablement l'intention de répondre aux préoccupations de toute la communauté internationale". (Belga)