Il y a trois semaines, M. Doulkeridis (Ecolo) avait appelé la Région bruxelloise et les communes de la capitale à rechercher une autre option que la fermeture pure et simple de Mini-Europe et de l'Océade. Il avait annoncé qu'il prendrait des initiatives pour envisager le maintien de cette attraction sur le territoire de la Région bruxelloise et s'était proposé de jouer les médiateurs. Mais selon lui, sa proposition a fait chou blanc. "L'exploitant a refusé la médiation que je lui ai proposée. Il a choisi la voie judiciaire dans le litige qui l'oppose à la Ville de Bruxelles", a affirmé Christos Doulkeridis, en réponse aux questions de plusieurs députés francophones bruxellois réunis vendredi en séance plénière de la CoCof. (BPE)

Il y a trois semaines, M. Doulkeridis (Ecolo) avait appelé la Région bruxelloise et les communes de la capitale à rechercher une autre option que la fermeture pure et simple de Mini-Europe et de l'Océade. Il avait annoncé qu'il prendrait des initiatives pour envisager le maintien de cette attraction sur le territoire de la Région bruxelloise et s'était proposé de jouer les médiateurs. Mais selon lui, sa proposition a fait chou blanc. "L'exploitant a refusé la médiation que je lui ai proposée. Il a choisi la voie judiciaire dans le litige qui l'oppose à la Ville de Bruxelles", a affirmé Christos Doulkeridis, en réponse aux questions de plusieurs députés francophones bruxellois réunis vendredi en séance plénière de la CoCof. (BPE)