Au micro de la Première ce jeudi, Marius Gilbert a exprimé son incompréhension face aux dernières mesures prises par le gouvernement. Selon lui, "la rupture de confiance (avec le politique) est totale" par rapport aux règles visant une grande partie du secteur culturel.

"Elle est totale et elle intervient à un moment où l'on en a le plus besoin!", a lâché l'épidémiologiste, la gorge nouée par l'émotion. "Je pense qu'ils ne se rendent pas compte que ce marchandage politique est occupé à avoir un effet délétère sur la cohésion sociale".

Pour lui, avec pareille décision, il ne faudra pas s'étonner de voir demain le secteur culturel, le personnel soignant et "tous les secteurs qui se sentent maltraités" par le gouvernement défiler dans la rue aux côtés de l'extrême droite, à la base de plusieurs manifestations récentes à Bruxelles contre les mesures sanitaires.

Réuni mercredi après-midi, le comité de concertation a décidé d'imposer une série de mesures sanitaires pour anticiper l'arrivée du variant Omicron du coronavirus en Belgique. Si le secteur horeca a été épargné, les autorités ont en revanche décidé, entre autres mesures, de fermer toutes les salles de spectacle et de cinéma. Une mesure largement incomprise à la lumière des strictes normes sanitaires appliquées dans ce secteur.

Au micro de la Première ce jeudi, Marius Gilbert a exprimé son incompréhension face aux dernières mesures prises par le gouvernement. Selon lui, "la rupture de confiance (avec le politique) est totale" par rapport aux règles visant une grande partie du secteur culturel. "Elle est totale et elle intervient à un moment où l'on en a le plus besoin!", a lâché l'épidémiologiste, la gorge nouée par l'émotion. "Je pense qu'ils ne se rendent pas compte que ce marchandage politique est occupé à avoir un effet délétère sur la cohésion sociale". Pour lui, avec pareille décision, il ne faudra pas s'étonner de voir demain le secteur culturel, le personnel soignant et "tous les secteurs qui se sentent maltraités" par le gouvernement défiler dans la rue aux côtés de l'extrême droite, à la base de plusieurs manifestations récentes à Bruxelles contre les mesures sanitaires. Réuni mercredi après-midi, le comité de concertation a décidé d'imposer une série de mesures sanitaires pour anticiper l'arrivée du variant Omicron du coronavirus en Belgique. Si le secteur horeca a été épargné, les autorités ont en revanche décidé, entre autres mesures, de fermer toutes les salles de spectacle et de cinéma. Une mesure largement incomprise à la lumière des strictes normes sanitaires appliquées dans ce secteur.