Les activistes d'Intal, de l'asbl Vrede et d'Action pour la Paix demandent que la collaboration scientifique européenne avec les entreprises d'armement israéliennes s'arrête. Ils veulent que dans le prochain programme-cadre de la Commission européenne, Horizon 2020, un critère ethnique plus strict soit imposé pour adhérer au programme scientifique européen. D'après le porte-parole de l'action, Joaquim Da Fonseca, Elbit Systems et Aerospace Industries en Israël sont deux grandes entreprises concernées directement par l'occupation palestinienne et la pression illégale exercée sur les Palestiniens. Ces entreprises auraient également participé au programme scientifique européen FP7 pour un budget de 235 millions d'euros. Une série de projets auraient des liens avec des universités belges, dont la KUL. Lors de l'action, des personnes ont interprété des hommes d'affaires d'entreprises israéliennes d'armement tandis qu'un autre groupe se déguisait en cadavres ensanglantés. L'action entre dans le cadre d'une campagne pour un embargo militaire contre Israël, signée par 25 organisations. Les activistes demandent aux autorités belges et européennes d'imposer un embargo sur les armes contre Israël. (Belga)

Les activistes d'Intal, de l'asbl Vrede et d'Action pour la Paix demandent que la collaboration scientifique européenne avec les entreprises d'armement israéliennes s'arrête. Ils veulent que dans le prochain programme-cadre de la Commission européenne, Horizon 2020, un critère ethnique plus strict soit imposé pour adhérer au programme scientifique européen. D'après le porte-parole de l'action, Joaquim Da Fonseca, Elbit Systems et Aerospace Industries en Israël sont deux grandes entreprises concernées directement par l'occupation palestinienne et la pression illégale exercée sur les Palestiniens. Ces entreprises auraient également participé au programme scientifique européen FP7 pour un budget de 235 millions d'euros. Une série de projets auraient des liens avec des universités belges, dont la KUL. Lors de l'action, des personnes ont interprété des hommes d'affaires d'entreprises israéliennes d'armement tandis qu'un autre groupe se déguisait en cadavres ensanglantés. L'action entre dans le cadre d'une campagne pour un embargo militaire contre Israël, signée par 25 organisations. Les activistes demandent aux autorités belges et européennes d'imposer un embargo sur les armes contre Israël. (Belga)