Depuis la prise de contrôle de Mossoul par les djihadistes le 10 juin dernier, 50.000 Assyriens ont fui la plaine de Ninive, selon les associations assyriennes de Belgique, à l'initiative de cette mobilisation. La plaine de Ninive est un bastion des minorités religieuses d'Irak, situé au nord du pays, à la frontière entre la région de Mossoul et la région autonome du Kurdistan. Naher Arslan, membre de l'Institut assyrien de Belgique et de la Fédération des jeunes assyriens de Belgique, souhaite sensibiliser aux répressions menées par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL): "En tant que Belgo-assyriens, nous demandons une médiatisation de la situation des Assyriens qui vivent en Irak. C'est la plus grande minorité chrétienne autochtone du pays. La communauté est en train de fuir massivement la région à cause des attaques des extrémistes. L'exode n'est pas une solution, car cela marquerait pratiquement la fin des Assyriens en Orient. Nous sommes là depuis des millénaires. L'autre grande communauté est en Syrie, mais elle a été poussée vers le Liban et l'Occident depuis les conflits. Nous voulons pouvoir vivre en toute sécurité dans la plaine de Ninive. Nous voudrions idéalement obtenir une certaine autonomie." (Belga)

Depuis la prise de contrôle de Mossoul par les djihadistes le 10 juin dernier, 50.000 Assyriens ont fui la plaine de Ninive, selon les associations assyriennes de Belgique, à l'initiative de cette mobilisation. La plaine de Ninive est un bastion des minorités religieuses d'Irak, situé au nord du pays, à la frontière entre la région de Mossoul et la région autonome du Kurdistan. Naher Arslan, membre de l'Institut assyrien de Belgique et de la Fédération des jeunes assyriens de Belgique, souhaite sensibiliser aux répressions menées par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL): "En tant que Belgo-assyriens, nous demandons une médiatisation de la situation des Assyriens qui vivent en Irak. C'est la plus grande minorité chrétienne autochtone du pays. La communauté est en train de fuir massivement la région à cause des attaques des extrémistes. L'exode n'est pas une solution, car cela marquerait pratiquement la fin des Assyriens en Orient. Nous sommes là depuis des millénaires. L'autre grande communauté est en Syrie, mais elle a été poussée vers le Liban et l'Occident depuis les conflits. Nous voulons pouvoir vivre en toute sécurité dans la plaine de Ninive. Nous voudrions idéalement obtenir une certaine autonomie." (Belga)