Le 22 mai, la police fédérale de Charleroi a mené une série de perquisitions dans le milieu du grand banditisme carolo. Des armes de guerre, des munitions, des gilets pare-balles et d'autres objets ont été découverts en possession des quatre individus suspectés de faire partie du "gang à la Mercedes" à l'origine de huit vols avec violence, dont deux tiger-kidnappings de bijouteries à Gilly et Charleroi et le braquage à l'explosif d'un fourgon à Signy-le-Petit. Lors de cette attaque, l'un des auteurs, originaire de Montigny-le-Tilleul, avait été mortellement blessé par l'une de ses charges, ce qui avait permis aux enquêteurs de s'orienter vers le milieu carolo. Grâce aux techniques d'enquête particulières, les forces de l'ordre ont pu identifier quatre suspects, à savoir Fabrice C., en aveux sur le braquage du fourgon, Massimo R., Salvatore F. et Rachid G., tous fichés au grand banditisme. Ce mardi, les quatre suspects ont comparu devant la chambre du conseil de Charleroi qui a prolongé leurs mandats d'arrêt pour un mois. Des investigations sont toujours en cours. (Belga)

Le 22 mai, la police fédérale de Charleroi a mené une série de perquisitions dans le milieu du grand banditisme carolo. Des armes de guerre, des munitions, des gilets pare-balles et d'autres objets ont été découverts en possession des quatre individus suspectés de faire partie du "gang à la Mercedes" à l'origine de huit vols avec violence, dont deux tiger-kidnappings de bijouteries à Gilly et Charleroi et le braquage à l'explosif d'un fourgon à Signy-le-Petit. Lors de cette attaque, l'un des auteurs, originaire de Montigny-le-Tilleul, avait été mortellement blessé par l'une de ses charges, ce qui avait permis aux enquêteurs de s'orienter vers le milieu carolo. Grâce aux techniques d'enquête particulières, les forces de l'ordre ont pu identifier quatre suspects, à savoir Fabrice C., en aveux sur le braquage du fourgon, Massimo R., Salvatore F. et Rachid G., tous fichés au grand banditisme. Ce mardi, les quatre suspects ont comparu devant la chambre du conseil de Charleroi qui a prolongé leurs mandats d'arrêt pour un mois. Des investigations sont toujours en cours. (Belga)