Créé en 1971, le parc scientifique de Louvain-la-Neuve est le plus ancien de Belgique et le plus grand de Wallonie. D'une superficie de 231 hectares, il s'étend partiellement sur la commune voisine de Mont-Saint-Guibert. Divisé en 4 zones, il accueille 155 entreprises, dont 80 % sont actives dans les domaines de la recherche, du développement et de l'innovation. Leurs principaux créneaux sont les sciences du vivant (santé et agroalimentaire), la chimie fine, l'ingénierie et les technologies de l'information et de la communication. Si une bonne moitié des sociétés sont propri...

Créé en 1971, le parc scientifique de Louvain-la-Neuve est le plus ancien de Belgique et le plus grand de Wallonie. D'une superficie de 231 hectares, il s'étend partiellement sur la commune voisine de Mont-Saint-Guibert. Divisé en 4 zones, il accueille 155 entreprises, dont 80 % sont actives dans les domaines de la recherche, du développement et de l'innovation. Leurs principaux créneaux sont les sciences du vivant (santé et agroalimentaire), la chimie fine, l'ingénierie et les technologies de l'information et de la communication. Si une bonne moitié des sociétés sont propriétaires de leurs murs, 45 % n'en sont que locataires, ce qui ne pérennise pas leur implantation. " Il y a une certaine rotation, concède le responsable du parc, Jean-Marc Simoens, mais les départs sont largement compensés par les arrivées, puisque nous en sommes, en moyenne, à 6 nouvelles entreprises et 150 emplois supplémentaires chaque année. " Le climat est d'autant plus serein que la venue d'AGC est programmée pour 2013. Attendue avec ses 500 employés, l'ex-Glaverbel devenue japonaise fera bondir les effectifs du parc de 10 %. Une croissance qui n'affectera pas le potentiel du site : " Il nous reste 70 hectares en réserve, précise Jean-Marc Simoens, et la moitié sont déjà en cours d'aménagement. "A Wavre, l'aménagement du zoning Nord a démarré à la fin des années 1970. La Ville espérait rééditer, en plus grand, l'expérience du petit Wavre Sud qu'elle avait créé en 1970. Mais les débuts furent pénibles et l'échevin et futur bourgmestre Charles Aubecq décida d'en confier la gestion à l'Intercommunale du Brabant wallon (IBW). " La première chose que nous avons faite a été de réduire la taille des parcelles à une quarantaine d'ares pour mieux répondre aux attentes des PME ", se souvient le directeur général, Claude Pasture. La stratégie porta ses fruits et, séduites par la proximité et des prix cinq fois moins élevés qu'à Bruxelles, les sociétés candidates commencèrent à affluer. Le succès du parc entraîna plusieurs modifications du plan de secteur et ses extensions successives le menèrent à sa superficie actuelle de 187 hectares. Aujourd'hui, Wavre Nord héberge 240 entreprises qui occupent 6 300 personnes dans des métiers très variés. " Le cahier des charges n'exclut que les commerces de détail et les entreprises polluantes, précise Pierre Gaucet, directeur adjoint de l'IBW, chargé de l'expansion économique. Une autre exigence porte sur l'emploi avec un taux minimal de 20 personnes par hectare, objectif largement dépassé puisque nous en sommes à une moyenne de 32. "Les quelques parcelles encore disponibles iront prioritairement aux entreprises dont les terrains sont devenus inconstructibles en raison d'une pollution due à la fuite d'un pipeline de kérosène. Traduction du message que délivre désormais l'IBW aux sociétés intéressées par Wavre : le zoning Nord est complet. LAURENT HOVINE