C'est la nouvelle star de YouTube, le site vidéo de Google. Sur le clip que son père a filmé dans la voiture après une visite chez le dentiste, David DeVore, un gamin américain de 7 ans, apparaît complètement groggy. Au point qu'on se demande si le praticien n'a pas confondu le produit anesthésiant avec une bouteille de bourbon. " Is this real life ? " interroge le rejeton, d'une voix pâteuse et en dodelinant de la tête, avant de constater, étonné, que son père possède désormais quatre yeux... Puis il pousse un cri monstrueux et demande si tout cela va durer toujours.
...

C'est la nouvelle star de YouTube, le site vidéo de Google. Sur le clip que son père a filmé dans la voiture après une visite chez le dentiste, David DeVore, un gamin américain de 7 ans, apparaît complètement groggy. Au point qu'on se demande si le praticien n'a pas confondu le produit anesthésiant avec une bouteille de bourbon. " Is this real life ? " interroge le rejeton, d'une voix pâteuse et en dodelinant de la tête, avant de constater, étonné, que son père possède désormais quatre yeux... Puis il pousse un cri monstrueux et demande si tout cela va durer toujours. La vidéo laisse, pour le moins, perplexe. Postée sur YouTube fin janvier par David DeVore père, elle a déjà été visionnée plus de 12 millions de fois. Elle a aussi fait l'objet de plusieurs remix en musique et quelques parodies : Kevin After Dentist, Flippy (le chat) After Dentist,Dark Vador After Dentist, David After the Divorce... La question qui domine les 30 000 commentaires qui suivent la vidéo est évidemment de savoir s'il était judicieux de poster celle-ci sur Internet. Depuis lors, le père de David a réalisé un petit film montrant que sa famille était tout ce qu'il y a de plus normal. Mais son choix d'exposer David junior groggy aux yeux du monde entier est révélateur de cette génération grandissante d'internautes qui aiment partager leur vie et leurs émotions sur Internet. Les statistiques sont impressionnantes. Selon ComScore, une société qui mesure les habitudes sur la Toile, les Américains ont visionné, pendant le mois de décembre, plus de 14 milliards de vidéos sur Internet, dont plus de 40 % sur YouTube. Cela représente 150 millions de spectateurs, rien qu'aux Etats-Unis. Ces chiffres ont augmenté de 45 % en un an. Lorsque George W. Bush a esquivé un jet de chaussure de la part d'un journaliste irakien le 14 décembre dernier, la vidéo, disponible sur YouTube dès le lendemain, y a été visionnée 600 000 fois en une matinée. Autre constat surprenant : aujourd'hui, plus de 15 heures de vidéos sont postés sur YouTube chaque minute, soit deux fois plus qu'il y a un an. Ce sont surtout les jeunes (18-30 ans) qui mettent en ligne leurs propres clips. Ils ont intégré, plus vite que leurs aînés, toutes les possibilités que leur offrait le Web 2.0, soit l'Internet interactif. Certains font leur demande en mariage sur YouTube ou DailyMotion... Surtout, beaucoup cherchent des réponses à leurs questions via une vidéo plutôt que sur une page Web écrite. Significatif : YouTube est devenu le deuxième moteur de recherche le plus populaire après Google. La propagation de ces petits films est, par ailleurs, facilitée par les blogs et les sites sociaux, comme Facebook ou MySpace, plébiscités par les ados. L'émergence de cette génération YouTube tient aussi à l'évolution technologique du matériel vidéo et à son accessibilité. Les webcams, dont sont équipés la plupart des ordinateurs portables, permettent de charger une vidéo en quelques clics de souris. Idem pour les caméras Flip, ces caméras à peine plus encombrantes qu'un iPod et dotées d'une fiche USB intégrée. On trouve déjà une Flip, qui permet d'enregistrer soixante minutes d'images, pour 100 euros. C'est d'ailleurs une Flip qui a filmé David DeVore. Désormais, YouTube n'est plus seulement un réflexe jeune. Certaines autorités s'en servent pour diffuser leur propagande. Fin janvier, le Vatican a lancé sa propre chaîne vidéo surYouTube (http://it.youtube.com/vatican). Pendant les raids menés sur Gaza, l'armée israélienne a, elle aussi, posté ses propres vidéos sur le site. Thierry Denoël