Sur papier, le mayeur de Wezembeek-Oppem n'a pas de mouron à se faire. Frédéric Petit (MR) a un bilan, des projets et déjà un accord de reconduction de la majorité existante (MR - DéFI - CDH - ECOLO et PS) sous la bannière LB Union. Avec le ferme pari de ga...

Sur papier, le mayeur de Wezembeek-Oppem n'a pas de mouron à se faire. Frédéric Petit (MR) a un bilan, des projets et déjà un accord de reconduction de la majorité existante (MR - DéFI - CDH - ECOLO et PS) sous la bannière LB Union. Avec le ferme pari de garder une majorité absolue francophone (CDH à surveiller ?) pour éviter toute arrivée d'un édile flamand qui menacerait l'unanimité obligatoire du collège sur toute décision. Les succès de l'actuelle équipe ? La fonte de la dette communale de 17,4 millions d'euros en 2014 à 7,5 millions en 2018 ; la baisse des taxes ; le plan de réduction d'émissions de CO2 ; les travaux de modernisation des voiries de la commune. Et, à l'horizon 2020, le projet d'un nouveau coeur de Wezembeek avec un centre administratif tout neuf, deux nouveaux parcs, une nouvelle école flamande, une bibliothèque... Si le bourgmestre Petit admet deux échecs, ils ressortent de matières où la commune, malgré son lobbying et ses efforts, n'a pas toute la main : l'absence de progrès côté réduction des nuisances aériennes et l'impuissance à endiguer le trafic automobile de transit et ses embarras. Mais promis, la mobilité sera à l'agenda postélectoral. Ainsi que le respect des facilités.