Le climat de peur, dont les attentats de Paris du 13 novembre dernier ont été l'un des déclencheurs, a-t-il une incidence sur le marché immobilier waterlootois historiquement marqué par une forte présence d'expatriés gravitant autour de Bruxelles ? A la baisse, s'il leur venait l'idée de rentrer chez eux pour assurer leur sécurité ; ou à la hausse si, vivant dans la capitale, ils rapatriaient leur petite famille vers le calme de la périphérie ? Une décision appuyée par les récents attentats de Bruxelles, dont les conséquences posent également question. " Nous n'avons pas pu observer de répercussions à la suite des événements parisiens et bruxellois, qu'il s'agisse de départs groupés, de perte de valeur ou même de désintérêt quelconque pour la brique locale de la part d'expatriés, renseigne Marick Schippers, consultant en immobilier auprès de la branche waterlootoise du réseau d'agences Engel & Völkers. Toutefois, nous avons eu pas mal d'échos de Belges vivant à Bruxelles qui souhaitent venir s'installer à Waterloo. Il est encore trop tôt pour réellement observer le moindre déplacement, mais l'idée fait son chemin parmi cette frange de nos clients. "
...