Elles s'appellent Donna, Tita, Myrna ou Jhen. Mais dans le milieu, on les appelle " Filipinas ". Ces employées domestiques phil...

Elles s'appellent Donna, Tita, Myrna ou Jhen. Mais dans le milieu, on les appelle " Filipinas ". Ces employées domestiques philippines sans papiers travaillent pour de riches familles étrangères de passage en France. Cloîtrées chez leurs employeurs, logées dans des chambres de bonne ou dans les combles d'immeubles parisiens, certaines tentent d'échapper à leur condition précaire. En fuyant ou en se réfugiant auprès de leur communauté. Le photographe Thomas Morel-Fort a suivi leur vie au quotidien, se faisant passer pour l'un des leurs et partageant leurs conditions de travail pendant trois ans. Il nous en livre le récit en images.