Dragons

La Covid ayant quelque peu desserré les crocs, le circuit international de la danse retrouve enfin des couleurs. Et voici qu'arrive chez nous la Coréenne Eun-Me Ahn ( Dancing Grandmothers, NorthKorea Dance...). Cette artiste excentrique au carrefour ...

La Covid ayant quelque peu desserré les crocs, le circuit international de la danse retrouve enfin des couleurs. Et voici qu'arrive chez nous la Coréenne Eun-Me Ahn ( Dancing Grandmothers, NorthKorea Dance...). Cette artiste excentrique au carrefour des disciplines et dont l'esthétique pop colorée s'aventure souvent à la frontière du kitsch, passée par New York et amie de Pina Bausch, débarque aux Halles de Schaerbeek avec Dragons. Les "dragons" en question, ce sont de jeunes danseurs coréens (principalement), japonais, malaisien, indonésien ou taïwanais nés à la croisée des millénaires, en 2000, sous ce signe astrologique chinois puissant, le plus fabuleux de tous, considéré comme celui qui dispose de la plus grande énergie. Ils sont présents sur scènes en chair et en os ou en hologrammes dans un spectacle tumultueux où les corps dialoguent avec les images projetées. Entre gestes hérités de longues traditions chorégraphiques, futurisme et dématérialisation, ils disent une génération biberonnée au numérique et aux réseaux sociaux, prise dans l'effondrement des rêves de progrès mais gardant la force d'imaginer un nouvel avenir. Un portrait dansé extravagant de l'Asie contemporaine.