Après sa défaite de Waterloo, Napoléon Bonaparte a vécu pendant cinq ans, cinq mois et dix-huit jours en exil sur l'île de Sainte-Hélène. L'ennui et la mélancolie y étaient insupportables, et il lui arrivait plus souvent qu'à son tour de sombrer dans l'amertume et la dépression. Au milieu de l'année 1817, alors que la santé de Napoléon se détériore sérieusement, Hudson Lowe, le gouverneur britannique de Sainte-Hélène, embarque pour Londres le médecin de Napoléon, O'Meara. Celui-ci a diagnostiqué une hépatite chronique chez Napoléon. Il dort énormément, il a les jambes enflées et se sent souvent abattu, mais Lowe n'en a cure : si le gouverneur veut qu'O'Meara s'en aille, c'est parce que celui-ci refuse de lui donner des informations à propos de son patient avec lequel il a progressivement noué des liens de sympathie. Après cette décision, Napoléon reste sept mois sans recevoir de soins médicaux.
...