Datant d'environ 1800, ce bâtiment était la conciergerie de l'habitation des maîtres d'ouvrage. L'idée leur est venue d'en faire une maison de vacances, une habitation sobre avec des matériaux de qualité et une utilisation optimale de l'espace disponible. Ils désiraient un mur de placards dans l'espace de vie et l'aménagement d'une liaison avec le garage à l'avant.
...

Datant d'environ 1800, ce bâtiment était la conciergerie de l'habitation des maîtres d'ouvrage. L'idée leur est venue d'en faire une maison de vacances, une habitation sobre avec des matériaux de qualité et une utilisation optimale de l'espace disponible. Ils désiraient un mur de placards dans l'espace de vie et l'aménagement d'une liaison avec le garage à l'avant. Le résultat de cette rénovation en profondeur, dont l'objectif était la création d'une plus grande spatialité, dégage une sobriété en parfaite harmonie avec le caractère historique du parc situé en face et les environs. Cette rénovation révèle aussi un grand sens du détail de la part de l'architecte. Dans l'espace de vie, la spatialité a été largement soulignée par l'alignement du mur de placards avec le feu ouvert et de la porte à hauteur de plafond permettant d'accéder à la cave et au premier étage. Les plinthes en saillie rapetissant l'espace, l'architecte a fait ressortir le mur des placards et rentrer les plinthes, ce qui donne un effet de flottement. Pour répartir autrement l'espace étroit et sombre d'antan, tous les murs superflus ont été abattus. Le sas d'entrée vitré permet d'accéder à l'étroit couloir qui mène à l'espace de vie. L'éclairage subtil en hauteur sur le mur et l'absence de portes détourne l'attention de l'étroitesse du passage. La serre aménagée dans le jardin s'est révélée être un obstacle de taille à la construction d'une liaison entre la maison et le garage. L'architecte a dès lors proposé de construire le passage dans la serre. La serre est désormais intégrée dans la liaison. Dans les deux chambres à coucher de l'étage, l'éclairage et le chauffage ont été intégrés dans le plafond et dans le placard sur mesure, qui sert par la même occasion de cloison de séparation entre les deux chambres. Il était évident pour l'architecte qu'il fallait travailler le plus possible avec des teintes claires et des matériaux identiques. Pour différentes raisons, le bois a été utilisé pour recouvrir une partie de la façade extérieure. La façade latérale du garage était laide et devait être isolée. L'architecte a proposé de l'afrormosia, une essence de bois veiné qui grisonne joliment en vieillissant. Partout dans la maison, le revêtement de sol est en polyuréthane, à l'exception des chambres qui ont reçu un parquet semi-massif en chêne. Architecte : Architecten Vanbecelaere en Hauspie bvba. Tél. : 058 31 35 27. www.vanbecelaere-hauspie.be Découvrez l'intégralité du texte et les plans de ce reportage dans le magazine Je vais Construire de juillet-août en vente chez votre libraire. www.jevaisconstruire.be AGNES MUS