A Wavre, on ne prend pas à la légère le concept de ville intelligente " soutenu par une technologie au service de l'humain et du bien-être des habitants, en testant avec eux des solutions pour faire les bons choix ", explique l'échevine Anne Masson, flanquée de quatre responsables communaux impliqués sur le dossier Smart City.
...

A Wavre, on ne prend pas à la légère le concept de ville intelligente " soutenu par une technologie au service de l'humain et du bien-être des habitants, en testant avec eux des solutions pour faire les bons choix ", explique l'échevine Anne Masson, flanquée de quatre responsables communaux impliqués sur le dossier Smart City. Cette mentalité " tête chercheuse " a jusqu'ici plutôt réussi à la capitale du Brabant wallon. Ce fut le cas avec une expérience inédite d'éclairage urbain intelligent saluée par un award. En partenariat avec la société Smartnodes, un quartier a été équipé de 282 points lumineux dont l'intensité varie en fonction des passages et de la mobilité des usagers, piétons, cyclistes, automobilistes. Résultat : une économie d'énergie drastique, jusqu'à moins 82 % ! " Nous voulons étendre le système, d'autant qu'il dépasse la simple fonction d'éclairage. Les variations de lumière nous renseignent aussi sur les flux de mobilité, des données précieuses pour orienter nos choix en matière de sécurité, de mobilier urbain ou de pistes cyclables nécessaires ", note l'échevine. Sur le terrain de la gestion des déchets, la cité du Maca a aussi anticipé. " Nous avons été pionniers sur le système de conteneurs enterrés pour les bulles à verre dont la plus grande capacité nécessite moins de tournées de ramassage, se réjouit la responsable. Dans le cadre du projet de réaménagement du centre-ville, on envisage la généralisation de conteneurs enterrés pour les déchets des ménages, de l'Horeca et des commerces. " Mais le grand défi d'avenir reste la consommation d'énergie. Là aussi, la ville a choisi l'expérimentation avec les habitants qui le désirent. Sous le label " Gestion active de la charge ", le REW (réseau des énergies de Wavre) mènera un test à échelle réelle en 2018. " L'idée est de pouvoir mobiliser et moduler en charges et en décharges le réseau via tous les éléments actifs dans les bâtiments résidentiels (machines à laver, éclairages, etc.) pour mieux répartir l'énergie ", souligne Roger le Bussy, directeur technique du REW. " Le but est de faire rentrer l'utilisateur final dans le processus de transition énergétique. Lui permettre de gérer son énergie de manière optimale et au réseau, de mieux réguler sa charge. " Les données recueillies permettront aussi de poser le meilleur choix de compteurs intelligents appelés à investir tous les foyers belges dès 2019. En outre, la Ville a déployé six unités de cogénération (sur dix prévues) dont la source d'énergie renouvelable est l'huile de colza. Elles assurent chaleur et électricité aux bâtiments administratifs. Se profile ainsi le nouveau système nerveux d'une " Wavre 2030 " à la colonne vertébrale digitale haut débit. La population jouit déjà du wi-fi gratuit en centre-ville et découvrira, d'ici à la fin de l'année, un portail numérique interconnectant l'administration et le citoyen. " Une révolution complète de l'administration qui simplifiera la vie de l'usager. Il pourra faire ses démarches totalement automatisées en ligne, de jour comme de nuit ", s'enthousiasme Stéphane Huguier, chef du service informatique. Par Fernand Letist