Un esprit libre dans un corps d'athlète

06/02/19 à 21:00 - Mise à jour à 13:49
Du Le Vif/L'Express du 07/02/19

Dans Femme qui court, Gérard de Cortanze réhabilite Violette Morris, championne pluridisciplinaire inouïe, à la colle avec le Tout-Paris, bisexuelle revendiquée et si émancipée pour son temps qu'on l'accusa de collusion avec la Gestapo.

"Sa vie est presque un chemin de croix. Avec une sorte de rédemption finale. C'est un personnage toujours en marge, mais c'est la différence qui fait avancer la société. " Au-delà de son goût pour les bolides et de son intérêt marqué pour l'évolution de la place de la femme, voici ce qui intrigua Gérard de Cortanze lorsqu'il fut confronté à la personnalité qui habite son nouveau roman. Fille du baron Pierre Jacques Morris et d'Elisabeth Sakakini, Violette Morris (1893 - 1944) fut durant l'adolescence pensionnaire du couvent de l'Assomption à Huy. Un établissement pour filles de la haute bourgeoisie eur...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné