Les légumes constituent la base de toute soupe saine. Si les légumes de saison frais sont à privilégier, les surgelés représentent une alternative non négligeable, ainsi que les légumes en conserve sans sel ajouté (comme les tomates). N'hésitons pas à utiliser les restes de légumes qui végètent dans le frigo, ce qui évite de jeter et donc de gaspiller de la nourriture. Il est recommandé d'utiliser au moins 400 g de légumes par litre d'eau. Un bol de soupe peut en apporter jusqu'à 100 g. Une bonne manière d'absorber une portion supplémentaire ou d'initier les enfants récalcitrants.
...

Les légumes constituent la base de toute soupe saine. Si les légumes de saison frais sont à privilégier, les surgelés représentent une alternative non négligeable, ainsi que les légumes en conserve sans sel ajouté (comme les tomates). N'hésitons pas à utiliser les restes de légumes qui végètent dans le frigo, ce qui évite de jeter et donc de gaspiller de la nourriture. Il est recommandé d'utiliser au moins 400 g de légumes par litre d'eau. Un bol de soupe peut en apporter jusqu'à 100 g. Une bonne manière d'absorber une portion supplémentaire ou d'initier les enfants récalcitrants. L'utilisation d'une bonne quantité de légumes rend superflu l'ajout de liant supplémentaire, comme des pommes de terre. Le sel ou les cubes de bouillon ne sont pas nécessaires, mais si vous voulez en ajouter, contentez-vous d'un seul cube par litre. Préparer du bouillon soi-même est une autre option, qui demande plus de temps. Veillez à ne pas abuser du sel et à bannir la graisse pour ne pas rendre le bouillon inutilement gras. La soupe ne devrait pas contenir plus de 5 g de sel par litre. Pour l'épicer davantage, faites usage d'herbes aromatiques: du gingembre dans la soupe de carottes, du basilic dans la soupe aux tomates ou du thym dans la soupe de céleri. Des combinaisons originales peuvent aussi apporter du goût et de la variation. Pour obtenir une soupe-repas à part entière, il est bon d'y ajouter une source de glucide, comme des morceaux de pomme de terre, du riz complet ou des pâtes. En guise de source de protéine, vous pouvez ajouter des légumineuses (lentilles dans la soupe de potimarron), des noix (des amandes effilées dans une soupe aux brocoli) ou de l'oeuf (dans la soupe de céleri rave et chou). Si vous préférez une version classique, optez pour une petite portion de viande ou de poisson. Il est important que les légumes restent l'ingrédient principal. On réservera la crème ou le fromage pour des occasions spéciales. Ces derniers peuvent éventuellement être remplacés par de la crème, du fromage ou du yaourt écrémés. La soupe aurait un effet positif sur le poids. Différentes études montrent que les mangeurs réguliers de soupe courent moins de risque de surpoids ou d'obésité. Et chez les personnes qui suivent un régime amaigrissant, la soupe aurait des effets positifs sur la perte mais aussi le maintien du poids après régime. Car la soupe apporte rapidement un effet satiété en plus d'un faible apport en calories. La soupe est en d'autres mots un coupe-faim parfait. Bien préparée, la soupe est une source de vitamines, de minéraux, de fibres et de liquide. Une partie des vitamines disparait cependant pendant la cuisson, en particulier la vitamine C, très sensible à la chaleur. En revanche, d'autres vitamines et substances bioactives telles que le bêta-carotène (dans les carottes) et le lycopène (dans les tomates) sont mieux assimilées dans la soupe que dans les légumes crus. Il importe dès lors d'alterner légumes cuits et crus. Varier les couleurs garantit aussi un large éventail de vitamines et de nutriments. Il est également recommandé de ne pas cuire la soupe trop longtemps et d'éviter de la réchauffer trop souvent. Si vous faites de la soupe pour plusieurs jours, ne réchauffez que la portion dont vous avez besoin. Ou mieux encore, congelez votre soupe en petites portions. L'idéal est d'alterner soupe mixée et soupe avec morceaux, le mixage des légumes empêchant l'action positive des fibres.