Le pianocktail

" Si je jouais Mister Morning ? proposa l'antiquaire. Est-ce que c'est bon ?
...

" Si je jouais Mister Morning ? proposa l'antiquaire. Est-ce que c'est bon ? - Oui, dit Colin. Ça rend formidablement. Ça donne un cocktail gris perle et vert menthe, avec un goût de poivre et de fumée [à]. "* Le célèbre et inoubliable pianocktail du roman, qui compose des boissons selon les morceaux interprétés, a nécessité deux mois de fabrication. Un investissement à l'image de ce film au budget de 18 millions d'euros, qui a vu le jour grâce au producteur Luc Bossi (Brio Films) : " C'est un projet qui me tenait à c£ur depuis très longtemps car j'adore ce roman depuis que je suis adolescent. J'ai approché les héritiers de Boris Vian il y a cinq ans, puis, en février 2011, je suis allé chercher Michel Gondry, passionné lui aussi par l'univers de Boris Vian. "" Le lit ne reposait pas sur le tapis, mais sur une plate-forme à mi-hauteur du mur. On y accédait par une petite échelle de chêne syracusé garnie de cuivre rouge-blanc. La niche, sous la plate-forme, servait de boudoir ; il s'y trouvait des livres et des fauteuils confortables et la photo du dalaï-lama. "* L'appartement de Colin (Romain Duris) et de Chloé (Audrey Tautou) va se détériorer en neuf étapes, parallèlement à la progression de la maladie de Chloé. Il sera envahi par les végétaux et les moisissures, le plafond va descendre, une peau recouvrira les fenêtres, le sol se couvrira d'objets. Stéphane Rozenbaum, le chef décorateur, a imaginé une chambre comme un cocon : " Notre intention de départ, à Michel [Gondry] et à moi, véritable fil conducteur tout au long du tournage, a été de créer un univers intemporel en mélangeant les époques. " Ici, Stéphane Rozenbaum a marié les années 1960 aux années 1970 avec une forte dominante de bleu. On se souvient de l'importance que tient la musique, et particulièrement le jazz, dans L'Ecume des jours et dans la vie de son auteur, qui fut, entre autres, musicien, chanteur et chansonnier. Le tourne-disque et le tableau au bras articulé ont été fabriqués par l'équipe de Stéphane Rozenbaum : " Michel Gondry m'a donné carte blanche pour tous les décors. J'ai relu le roman puis décortiqué le scénario. Je lui ai montré des photos, j'ai dessiné des croquis et des maquettes pour lui indiquer mes intentions. " On entend réellement les quatre disques en même temps. De nombreuses pièces tout droit sorties de l'univers onirique de Vian ont été conçues et réinventées pour le film - jambes à rallonges, table ondulée, nuage mécaniqueà - quand d'autres ont été chinées puis rafistolées. " Faites attention en entrant, dit-il, c'est rond. - Oui, j'ai l'habitude, dit Mangemanche, elle est enceinte ?... - Mais non, dit Colinà vous êtes idiotà la chambre est ronde. - Toute ronde ? demanda le professeur. Vous avez joué un disque de Duke Ellington, alors ? - Oui, dit Colin. "* Cette chambre a été reconstituée dans les studios d'Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), tout comme l'ont été l'appartement du couple et la chambre du voyage de noces. Au total, plus de 80 décors, une quinzaine de véhicules fabriqués avec l'aide des ingénieurs de Peugeot, ainsi qu'une limousine transparente. Véritables " sources d'inspiration " et " références en matière de décors " du travail de Stéphane Rozenbaum : les films de Pedro Almodovar. * Les textes en italiques sont extraits de L'Ecume des jours, de Boris Vian (éd. Pauvert). CÉCILE PIVOT