Si je rejoins le Pr. Depierreux sur certains points (Le Vif du 2 décembre, p. 73), comme le fait que l'enjeu des vaccins était clairement énoncé, que les vaccinés peuvent être vecteurs du virus, contagieux et vul...

Si je rejoins le Pr. Depierreux sur certains points (Le Vif du 2 décembre, p. 73), comme le fait que l'enjeu des vaccins était clairement énoncé, que les vaccinés peuvent être vecteurs du virus, contagieux et vulnérables (mais probablement dans une mesure moindre que celles et ceux qui ont refusé la vaccination) et que les non-vaccinés sont devenus les boucs émissaires, je ne peux le suivre dans sa vision manichéenne qui cloue au pilori les vaccinés: selon lui, "il est patent que les vaccinés ont eu durant des mois des comportements à risque évidents". Non, TOUS les vaccinés ne sont pas responsables de la situation. Si, toutes régions et communautés confondues et à part l'actuel ministre fédéral de la Santé qui, à chaque ouverture vers "la vie d'avant", martèle la dangerosité de certains comportements, les politiciens de ce pays cessaient de ne pas déplaire à leur frange électorale ET si les citoyens écoutaient et appliquaient jusqu'au bout les consignes, que l'on soit ou non vacciné, serait beaucoup moins clivant et bien plus sûr question santé.