La malédiction des candidats à la présidence du Rwanda se poursuivrait-elle ? Après l'ex-Premier ministre Faustin Twagiramungu, forcé à l'exil en Belgique en 2003, après Victoire Ingabire, revenue à Kigali en 2010 où el...

La malédiction des candidats à la présidence du Rwanda se poursuivrait-elle ? Après l'ex-Premier ministre Faustin Twagiramungu, forcé à l'exil en Belgique en 2003, après Victoire Ingabire, revenue à Kigali en 2010 où elle sera condamnée à quinze ans de prison, voici Diane Rwigara, sa soeur Anne et sa mère qui se voient incarcérées pour fraude fiscale et, bien plus grave, atteinte à la sûreté de l'Etat. Belgo-Rwandaise de 35 ans, Diane Rwigara avait décidé de défier Paul Kagame pour le scrutin du 4 août. Mais sa candidature n'avait pas été acceptée, les autorités l'accusant d'avoir falsifié des signatures. L'opposante est la fille du riche homme d'affaires Assinapol Rwigara, souvent présenté comme le financier du FPR, le parti au pouvoir. Tombé en disgrâce, l'homme est mort en 2015 dans un accident de la route, une version contestée par la famille, qui évoque un assassinat. Cet épisode a poussé Diane Rwigara à briser le mur du silence. Sans pour autant menacer le pouvoir : Kagame, qui avait pour lui tout l'appareil d'Etat, a remporté l'élection avec près de 99 % des voix. F. J. O.