Pourquoi avoir démenti si longtemps que vous comptiez vous lancer en politique ?

J'espérais influencer les partis existants, me faire " piquer " mes idées et les voir aboutir. Mais ça ne marche pas. Je me suis donc dit : Rudy, il faut le faire toi-même !
...

J'espérais influencer les partis existants, me faire " piquer " mes idées et les voir aboutir. Mais ça ne marche pas. Je me suis donc dit : Rudy, il faut le faire toi-même ! Par symbolisme. En réalité, j'aurais voulu créer un parti " national ", rassemblant des Flamands, des Wallons et des Bruxellois. Mais cela n'est pas (encore) possible. J'ai été obligé de choisir. Pour le symbole, j'ai choisi la Wallonie. Non. Je me sens flamand. Et belge. Et européen. Ce n'est pas incompatible. Je vis à Gand, mais j'ai aussi une maison près de Namur. Du tout ! Je suis résolument antiséparatiste. Je suis pragmatique, favorable à davantage d'efficacité. Il faut attribuer les compétences au niveau le plus efficace. Aux Régions ou au fédéral. Un Etat fédéral fort est indispensable. Où en serions-nous, aujourd'hui, en pleine crise financière, sans le niveau fédéral ? On peut collaborer sur certains points et être en désaccord sur d'autres. Et puis, rien ne dit que Jean-Marie ne changera pas d'avis sur l'institutionnel. C'est quelqu'un d'intelligent. A mes yeux, le " populisme " n'a rien de négatif. J'ai la faiblesse de croire que les politiques ont l'obligation d'écouter ce que veulent les gens. Autre chose est la démagogie, qui consiste à flatter le peuple en lui promettant des choses irréalisables ou en lui faisant gober des trucs faux. Présenter un budget soi-disant en équilibre, alors qu'on sait très bien qu'il ne le sera pas, ça, c'est de la démagogie. C'est ça tout le défi. Je suis prêt au compromis, mais je ne transigerai jamais sur l'essentiel du programme de mon parti, qui sera très clair. Il faut inciter les gens à travailler, lutter contre la fraude sociale, le clientélisme et la particratie. Et en finir avec ce système qui rémunère les syndicats en fonction du nombre de chômeurs. Le parti ne sera pas une " Liste Aernoudt ". Je ne sais pas encore exactement comment il s'appellera. Mais il sera composé par plein de gens " bien ". Je dispose déjà d'une longue liste de candidats potentiels. Dont certaines personnalités connues. Pour Destexhe, il faut le lui demander. Pour l'instant, il dit qu'il n'en sera pas. Nous verrons. De toute façon, je respecte son choix. Je ne crée pas un parti pour " piquer " des voix au MR. Vous savez, le premier " parti ", en Belgique, c'est celui de ceux qui votent blanc ou nul. Je veux réconcilier le citoyen avec la politique. Isabelle Philippon