En 2003, Foruminvest inaugurait son shopping des Grands Prés (45 000 mètres carrés de boutiques avec un hypermarché) en bordure de ville à Mons. Dix ans plus tard, l'échevin de l'Expansion économique Nicolas Martin (PS) affirme que le projet n'a pas affaibli le commerce du c£ur de ville. " Au contraire. Depuis les années 1990, l'activité commerciale décline au centre de Mons, et pour deux raisons majeures. La première est liée à la taille des cellules disponibles. Trop petites, elles ne conviennent pas aux besoins des grandes enseignes. La seconde, c'est le niveau excessif des loyers. Des propriétaires demandent de...

En 2003, Foruminvest inaugurait son shopping des Grands Prés (45 000 mètres carrés de boutiques avec un hypermarché) en bordure de ville à Mons. Dix ans plus tard, l'échevin de l'Expansion économique Nicolas Martin (PS) affirme que le projet n'a pas affaibli le commerce du c£ur de ville. " Au contraire. Depuis les années 1990, l'activité commerciale décline au centre de Mons, et pour deux raisons majeures. La première est liée à la taille des cellules disponibles. Trop petites, elles ne conviennent pas aux besoins des grandes enseignes. La seconde, c'est le niveau excessif des loyers. Des propriétaires demandent des montants inconsidérés pour des petites surfaces. C'est intenable. " Surtout dans une période de crise favorisant une baisse des prix et du pouvoir d'achat. Le CDH et Ecolo ne partagent pas cette analyse : " Les mesures au coup par coup n'ont pas su compenser l'absence de vision de la mobilité à long terme. Et le commerce en fait douloureusement les frais. Jamais il ne s'est porté aussi mal ! "Nicolas Martin s'en défend. La fréquentation piétonne est demeurée relativement stable, selon lui. Les flux oscillent bon an, mal an autour de 90 000 passages hebdomadaires. Avec l'arrivée des Grands Prés, l'attractivité de l'offre commerciale s'est accrue. Elle a élargi la zone de chalandise au nord de la France et au Shape. " Des consommateurs français ou shapiens profitent de leur visite à Mons pour pousser une pointe dans le centre, aller au restaurant, faire du shopping. " La création d'un Ikea dont l'ouverture est annoncée pour fin 2014-début 2015 devrait encore augmenter l'effet " aspirateur ". Mais l'échevin PS l'admet : " Commercialement parlant, tout ne va pas pour le mieux dans les quartiers du centre. Il faut continuer à en augmenter l'attractivité, comme on l'a fait Grand-Place. " Moyen : améliorer la qualité de l'espace public, de l'éclairage, des façades, du mobilier urbain, renforcer l'offre de parking. " C'est prévu ! observe-t-il. Des opérations de rénovation concernent plusieurs quartiers... Pour le parcage, Foruminvest et City Mall ont confirmé la construction d'un parking de 200 à 300 places à deux minutes du piétonnier (5 à 6 millions), la Ville a repris la gestion du parking Toit et Moi (170 places) et annoncé un investissement de 650 000 euros dans la rénovation des parkings couverts de la Régie foncière. "" Sur le coût élevé des loyers, nous n'avons pas de prise, ajoute-t-il. Par contre, nous pouvons soutenir des projets immobiliers privés qui répondent à la demande des enseignes, notamment des locomotives. Nous avons actuellement deux projets de restructuration d'îlots : le premier porte sur la fusion de 7 à 8 cellules, c'est le projet Bershka. Le second concerne la création d'une galerie de 7 000 à 10 000 mètres carrés autour de la galerie du Centre, avec la création d'un parking de 500 places en sous-sol. " Intensifier le caractère piétonnier des rues, la présence de logements aux étages et la création de moteurs d'animation comme la maison du design ou le complexe de musiques actuelles Arsonic complètent la politique. DIDIER ALBIN