Créer du logement et favoriser la qualité intrinsèque d'un îlot du centre-ville riche en immeubles et monuments historiques tout en facilitant la mobilité des usagers appelés à y vivre et à y travailler, tel est l'objectif de la revalorisation urbaine du périmètre de la rue Basse Marcelle sur laquelle le conseil communal de Namur se penchait le 29 juin. L'atout : exploiter des terrains acquis à la Communauté française dès 2002 et situés dans le périmètre de la place St-Aubain. Une parcelle de 15 ares située rue Basse Marcelle et le tréfonds d'une parcelle contiguë de 14 ares sont donc destinés à accueillir un projet immobilier co...

Créer du logement et favoriser la qualité intrinsèque d'un îlot du centre-ville riche en immeubles et monuments historiques tout en facilitant la mobilité des usagers appelés à y vivre et à y travailler, tel est l'objectif de la revalorisation urbaine du périmètre de la rue Basse Marcelle sur laquelle le conseil communal de Namur se penchait le 29 juin. L'atout : exploiter des terrains acquis à la Communauté française dès 2002 et situés dans le périmètre de la place St-Aubain. Une parcelle de 15 ares située rue Basse Marcelle et le tréfonds d'une parcelle contiguë de 14 ares sont donc destinés à accueillir un projet immobilier comportant du logement ainsi que du parking. Le promoteur Thomas & Piron a d'emblée marqué son intérêt pour le site et a déposé un permis d'urbanisme articulé en fonction des souhaits de la Ville. Une opération qui développera 28 appartements répartis sur 6 niveaux et 36 emplacements de parking, dont 13 garages. Le promoteur devrait investir 6,75 millions d'euros. Le nouvel immeuble se situera à la limite du quartier des Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix et du piétonnier. Le périmètre de revitalisation comprend les rues Basse Marcelle, Lelièvre, Saintraint ainsi que la place St-Aubain. Les aménagements visent à restaurer des liaisons fortes entre la rue Basse Marcelle, le quartier de la gare, le piétonnier, le quartier des Facultés ainsi que le bord de Sambre tout en créant un cadre propice à la promenade et un aménagement de qualité mettant en valeur la cathédrale St-Aubain et le Palais provincial. Le point fort du nouvel aménagement sera la création/rénovation de parvis devant ces deux bâtiments afin de réaffirmer leur importance patrimoniale au centre-ville. Il est vrai que ces derniers méritent mieux comme accès que la grande aire de parking existante, même si une partie de celle-ci sera maintenue. Cet espace public, emblématique pour Namur, est donc repensé comme une place d'apparat pour recréer un pôle attractif qui pourra remplir des fonctions culturelles, touristiques ou de loisirs. La signature de cette convention de partenariat public-privé a dégagé la possibilité pour la Ville d'obtenir de la Région wallonne 1,25 millions d'euros de subsides pour procéder à l'équipement ou à l'aménagement en voiries, égouts, éclairage public, réseau de distribution et abords. La convention stipule que pour chaque euro pris en charge par la Région, la ou les personnes physiques ou morale de droit privé doivent investir 2 euros dont au moins 1 euro dans une ou plusieurs actions prévues par la législation, notamment la construction de logements. Un subside au montant identique avait pourtant été fermement promis par la Région wallonne pour le même périmètre. " Il s'agissait d'un projet de parking souterrain, mais c'était une mauvaise chose, résume Arnaud Gavroy, échevin de l'Aménagement du territoire. Le même montant sera affecté différemment. " En attendant, ce subside bien réel hier encore est à nouveau virtuel puisque le dossier va devoir refaire tout le parcours administratif... Qui a dit procession d'Echternach ? S.D.LE QUARTIER DE LA PLACE ST-AUBAIN : UN CHANTIER QUI S'ANNONCE LONG MAIS CHARNIèRE