Le scénario politique belge actuel a été froidement préparé par la N-VA et se déroule parfaitement, point pour point, selon ses plans. Le cas " perte des voix pour le Belang " aux élections communales ne les a pas pris au dépourvu. Peu importe la trahison, les retournemen...

Le scénario politique belge actuel a été froidement préparé par la N-VA et se déroule parfaitement, point pour point, selon ses plans. Le cas " perte des voix pour le Belang " aux élections communales ne les a pas pris au dépourvu. Peu importe la trahison, les retournements de veste, la perte du sens civique... Les valeurs qui en limitaient les dégâts sont agitées comme des étendards au vent et proclamées, la bouche en coeur avec un sourire crispé, par des dirigeants à la mémoire courte. En fait, ils savent que ces valeurs n'ont plus de racines profondes dans une partie de l'électorat déboussolé parce qu'anxieux sur son avenir matériel. A juste titre ! Encore faudrait-il s'entendre sur ce qui est " valeur ". Le nationalisme notamment, fruit de la peur voire d'un complexe persistant d'infériorité, n'en est pas une dans une perspective humaniste. Ce serait plutôt une pathologie mentale... En écrivant cela, je suis conscient que mon indignation est elle-même bien émotionnelle ! Si ce n'est qu'à la veille d'une nouvelle et sans doute longue crise nationale, je crois nécessaire de les recruter, les valeurs et la raison, mises au service des citoyens et non des partis nombrilistes. [...] Les valeurs n'aveuglent pas, elles permettent, je pense, de rester cohérent avec soi-même sans grégarité. Abyssus abyssum invocat (et ce n'est pas de Bart ! ).