Il y a quelques années encore, d'anciens bâtiments agricoles se dressaient là. Construits dans les années 1970 et bétonnés, ils jouxtaient une étable et le corps de logis de la ferme, toujours présents. Aujourd'hui, le cadre est tout autre : une maison contemporaine a pris leur place, selon la même implantation, afin de recréer l'atmosphère des fermes en carré typiques de la région.
...

Il y a quelques années encore, d'anciens bâtiments agricoles se dressaient là. Construits dans les années 1970 et bétonnés, ils jouxtaient une étable et le corps de logis de la ferme, toujours présents. Aujourd'hui, le cadre est tout autre : une maison contemporaine a pris leur place, selon la même implantation, afin de recréer l'atmosphère des fermes en carré typiques de la région. Car il n'était pas question de faire n'importe quoi. " La maison s'est matérialisée assez facilement par rapport à l'implantation imposée par l'urbanisme, indique Sebastian Borch, l'architecte. Nous devions rester dans les limites du bâtiment qu'on voulait démolir, mais il fallait aussi créer une connexion avec l'existant. Cela s'est concrétisé par une forme en L. " Même démarche pour la volumétrie de l'ensemble : des constructions simples, avec toitures en pente, qui s'inspirent largement des anciens bâtiments agricoles. L'idée était de donner un aspect industriel à la nouvelle construction en réutilisant un maximum d'éléments issus des bâtiments détruits. Pierres, poutres métalliques, éléments de béton ont ainsi été repris dans le projet. La brique rouge, typiquement belge, a été choisie pour le parement. Elle est combinée à des éléments de tôle en aluminium laqué gris anthracite, du même ton que les châssis, qui rappellent l'ancienne fonction du lieu. Pour accéder au logement, il faut longer un volume secondaire, qui relie l'étable d'origine à la maison. Cet élément abrite buanderie et atelier de peinture, tandis que toute la vie de la maison se concentre dans le bâtiment principal. A l'intérieur, la notion de transparence prime. Depuis l'entrée, la vue vers l'arrière du bâtiment, le jardin puis les champs est impressionnante. Et si les perspectives sont si ouvertes, c'est aussi parce que les propriétaires ont voulu limiter les espaces perdus. L'entrée donne ainsi directement dans le séjour. La cuisine s'implante à la jonction des deux volumes, là où l'orientation est idéale pour bénéficier de la lumière naturelle. Les espaces de vie profitent quant à eux du soleil à l'ouest. En matière d'énergie, les maîtres d'ouvrage se refusaient à utiliser des énergies fossiles. Des panneaux photovoltaïques permettant de subvenir aux besoins en électricité de la famille ont été installés. Pour le chauffage, ils ont opté pour une pompe à chaleur sol - eau et un foyer au bois. Le rez-de-chaussée est équipé d'un chauffage par le sol, tandis qu'à l'étage, ils ont choisi un système similaire placé dans les murs. Réalisation : Sebastian Borch, www.bor.ch Ce mois-ci dans Je vais Construire ? Le confort des douches à l'italienne ? Focus sur l'audit énergétique et la thermographie ? Droit : les implications d'une servitude www.jevaisconstruire.be Anne-Catherine De Bast